Après la disparition du bleu, il y a un nouvel espoir pour la révolution soudanaise

Peinture murale réalisée par l'artiste    Alaa Satir   /  Makki Rashid

Peinture murale réalisée par l'artiste Alaa Satir / Makki Rashid

J'ai passé la majeure partie de l'été dans la recherche sur la révolution soudanaise . Au cours de mes voyages au Soudan, j’ai eu la chance d’assister moi-même aux transformations engendrées par 10 mois de soulèvement. Physiquement, peu de choses ont changé et la révolution n’a donné aucun miracle. Nos rues restent bordées de vestiges de barricades de protestation de quartier et de graffitis révolutionnaires. L'art est répandu dans les villes et les cités. Les gens continuent de sillonner les rues tous les matins, attendant patiemment le pain, l’essence et l’argent sont encore rares. Mais un changement majeur a déjà eu lieu dans tout le pays, dans les cœurs et les esprits du peuple soudanais. Notre perception de nous-mêmes et de l’autre a été transformée, et c’est la révolution qui compte le plus.

La dernière fois que j'ai écrit pour le Gal-dem le 10 juin, la situation au Soudan était catastrophique. Après des mois de manifestations pacifiques, le peuple avait renversé le génocidaire Omar Al Bashir le 10 avril et son usurpateur complice Ibn Naouf était renversé le lendemain. Des sit-in ont été mis en place dans tout le pays et ont été maintenus pendant que les manifestants cherchaient à faire en sorte que le conseil militaire de la transition œuvre pour un régime civil. Ces sit-in sont devenus nos «foyers éloignés des foyers» et ont rassemblé des millions de personnes dans des chants, des danses, de la poésie, des discussions et des campagnes de sensibilisation. C'étaient des mini-utopies dispersées à travers le Soudan.

Tout a changé le 3 juin. Notre extase s'est transformée en terreur lorsque des militants ont violemment détruit les sit-in, martyrisant, battant et mutilant des centaines de personnes. Internet a été rapidement coupé des gens sur le terrain et j'ai passé un mois de juin inquiétant. Ceux qui pouvaient quitter le pays et les Soudanais de la diaspora ont commencé à parler de ne jamais pouvoir rentrer chez eux.

Peinture murale et photographie de Alaa Satir

Peinture murale et photographie de Alaa Satir

Ce à quoi je ne pouvais pas m'attendre lorsque j'ai écrit l'article, ce sont les événements miraculeux qui ont suivi. Premièrement, la communauté internationale a pris la défense du peuple soudanais. À l'échelle mondiale, les gens ont ouvert les photos de leur profil de médias sociaux en solidarité avec les manifestants. Des pétitions et des lettres ont été envoyées à des politiciens de tous les horizons. Des campagnes ont été coordonnées et des manifestations organisées du Texas à Londres et à Kuala Lumpur. Rihanna, Naomi Campbell et Yara Shahidi ont utilisé leurs plates-formes pour exprimer leur solidarité avec les Soudanais et nous ont donné l'espoir que nous n'étions pas seuls. Encouragés par cette reconnaissance mondiale et malgré les énormes obstacles d'une panne de courant sur les réseaux sociaux et le traumatisme incroyable du massacre du 3 juin, les Soudanais de tout le pays se sont rendus à“Des millions de mars” le 30 juin en plus grand nombre que la marche du 6 avril qui a réussi à renverser Al Bashir . Cette démonstration écrasante de détermination de masse pacifique a forcé les dirigeants militaires à retourner à la table des négociations. Les Soudanais sont restés unis, se sont unis et ont changé pour toujours à cause de cela.

Avant la révolution, il y avait un État mais pas une seule nation soudanaise. Depuis l’administration britannique, le Soudan a été divisé et dirigé par des «gouvernements» autonomes qui ont séparé le peuple soudanais, au lieu de favoriser les liens et l’unité dans notre pays fragile et colonisé. Le gouvernement d'Al Bashir a utilisé cette tactique de division basée sur des identités tribales obsolètes pour renforcer leur contrôle. Si leurs compatriotes n'étaient pas unis sous une identité unique, ils ne pourraient jamais défier leurs dirigeants. Sous le régime d'Al Bashir, toute forme d'identification nationale vous rappelait que votre gabeela (origine tribale) l' emportait toujours sur l'unité de la nation.

En conséquence, il y avait peu d'amour ou de fraternité entre ceux du centre et ceux des périphéries. La censure des États a fait en sorte que nous ne disposions que de peu d'informations sur ce qui s'est passé à l'extérieur de Khartoum. Lorsque nous l'avons fait, la situation était déformée, décrivant souvent les Darfouris d'origine africaine comme une menace pour les rebelles et le Sud-Soudan comme des missionnaires sauvages. Tous les mécanismes à la disposition du gouvernement ont été utilisés pour colporter l'identité arabo-islamique du régime et le racisme a été encouragé contre ceux qui ne s'y conformaient pas. 

Peinture murale et photographie de Alaa Satir

Peinture murale et photographie de Alaa Satir

En grandissant, je ne comprenais pas pourquoi personne ne descendait dans les rues de Khartoum en réponse aux génocides du Darfour ou des monts Nouba.qui a laissé des centaines de milliers de morts et des millions de personnes déplacées. Des recherches m'ont montré le niveau extrême d'aliénation entre les différents peuples soudanais avant cette révolution. Pas un seul manifestant que j'ai interviewé à Khartoum n'a déclaré avoir été activement informé des actes de violence perpétrés par le gouvernement au Darfour ou dans les monts Nouba avant la révolution. Certains ont blâmé le manque de liberté d'expression, mais la plupart ont admis ne pas avoir examiné les problèmes car ils se sentaient totalement déconnectés de la cause. Les Darfouriens n'étaient «pas notre peuple», comme me l'ont expliqué plusieurs manifestants. Dire que nous étions un peuple divisé serait un euphémisme.

Au-delà du renversement d'un tyran, la révolution soudanaise a brisé ces barrières et mis en contact des personnes de tous les coins du Soudan. Des habitants de toutes les régions du Soudan se sont réunis à la tribune de Khartoum et se sont renseignés sur leurs régions, leurs histoires et leurs cultures respectives. Le sit-in nous a donné l'occasion, attendue depuis longtemps, de nous rencontrer et d'entendre directement les histoires que le régime avait cachées pendant des décennies. Mohaned Mahgoub, un manifestant, m'a dit: «Nous avions une image complètement différente. Quand je me suis assis avec des habitants du Darfour, ils nous ont raconté toutes les histoires, qu'ils (le gouvernement) seraient venus dans leur village et tueraient tout le monde ». Lorsque le gouvernement a tenté de blâmer la révolution par des fauteurs de troubles dans l'ouest du Soudan, les manifestants à travers le pays ont répliqué: «Nous sommes tous le Darfour». Les murales ont à la fois reconnu et rejeté le racisme intériorisé qui sévissait dans la société soudanaise. L’art présent au sit-in a célébré l’identité soudanaise du côté africain et l’ancien drapeau a été utilisé, ce qui marque le rejet des connotations arabo-islamiques de notre plus récent. Malgré tout le chaos, c’était aussi un été rempli de moments calmes de réflexion et d’introspection, au moment où les gens considéraient leur complicité dans les horreurs du Darfour et dans la perte du Sud en 2011. 

L'ancien régime nous a rendu physiquement impossible de nous connaître ou de connaître ce pays. Cet été, j'ai eu la chance de me rendre pour la première fois au Darfour (Nyala) et dans les monts Nouba (Kadugli), des domaines que j'ai singulièrement associés à la destruction toute ma vie. J'ai été choqué par la beauté du Soudan occidental pendant la saison des pluies. J'ai eu du mal à comprendre qu'il s'agissait du Soudan, car j'étais conditionnée à avoir une idée très singulière de ce à quoi ressemble le Soudan, ou du moins, du Soudan qui «compte». En partageant les photos avec mes amis et ma famille, leur incrédulité m'a rendu triste à la fois parce que nous sommes toujours étrangers à notre pays mais également enthousiasmés par les opportunités que les gens auront dans les années à venir pour apprendre à connaître le Soudan et tout ce qu'il a à offrir. A Nyala et à Kadugli, les manifestations ont donné un sentiment d’appartenance et de connexion au centre. Entendant d'autres Soudanais chanter «Nous sommes tous le Darfour» dans tout le pays, la révolution a redonné aux manifestants une nouvelle confiance en la nation soudanaise.

Peinture murale et photographie de Alaa Satir

Je suis tellement fière et soulagée que l'esprit de l'unité et de la fraternité authentique ait été préservé malgré la destruction brutale du sit-in. Le peuple soudanais continue de protéger non seulement la révolution, mais également les uns les autres. Lorsque le sit-in de Khartoum a été dispersé, les Soudanais ont manifesté dans tout le pays, connaissant les répercussions potentiellement sanglantes. Lorsque quatre étudiants ont été tués à El Obeïd le 29 juillet, cela est devenu une source d’indignation et d’action nationale. Lorsque la violence entre tribus a éclaté à Port-Soudan ce mois-ci, entraînant la mort de dizaines de personnes, les révolutionnaires ont marché sur 490 km de Kassala à Port-Soudan.en solidarité avec la paix. Lorsque l'accord de partage de la paix a finalement été signé le 17 août, les habitants de Khartoum ont attendu au soleil pendant des heures pour accueillir le train rempli de manifestants d'Atbara comme il se doit. Et quand je suis enfin arrivé à Atbara, un train rempli de volontaires et de matériel fourni se rendait à Kosti pour faire face aux dégâts causés par la pluie et les inondations.

Nous avons beaucoup de chemin à faire, mais nous sommes optimistes. Comment pourrions-nous ne pas l’être? Avant le 11 avril, tout ce que ma génération avait connu était la dictature. Al Bashir est arrivé au pouvoir huit ans avant ma naissance et, au cours de trois décennies, a persécuté, opprimé et mal géré le Soudan. Aujourd'hui, il siège en prison alors que son procès se poursuit. Le gouvernement de transition s'est engagé à embrasser la diversité du Soudan. Notre économiste respecté, Abdalla Hamdok , notre premier ministre, est originaire du Kordofan méridional. Aisha Musa Saeed, une femme copte chrétienne, siège au conseil souverain. La cérémonie d'accord de paix a été commencée par des passages de la Bible et du Coran. On a promis aux femmes 40% des sièges à l'Assemblée législative et beaucoup, comme Asmaa Abdulla, notre tout premier ministre des Affaires étrangères qui est une femme, occuperont des postes jusqu'alors réservés aux hommes.  

En parcourant Khartoum ces derniers jours, j'ai remarqué que les gens avaient recommencé à peindre des peintures murales. Là où les soldats ont détruit l'art du sit-in, des artistes étaient en train de repeindre leurs œuvres. Une fois de plus, mon peuple a bon espoir et est prêt à faire sa part pour bâtir la nation que nous avons demandée. Nous travaillerons pour honorer le sit-in et ceux qui y ont perdu la vie en préservant son esprit. Nous allons protéger et renforcer les liens créés par cette révolution et cesser de nous disputer pour savoir si nous sommes africains ou arabes, car nous sommes tous soudanais. Les révolutions politiques peuvent être subverties, la nôtre fait toujours face à des menaces de nombreux côtés. Mais maintenant que nous nous connaissons vraiment, cette révolution de la conscience et de la fraternité est éternelle.

Dena Latif, le 11 septembre 2019
Un article du site Gal Dem traduit par L’Autre Quotidien