Lisbonne 1%, par Candice Nguyen


Sidi Bouzid, Le Caire, Columbus, Madrid, Athènes, NYC, Atlanta, Oakland, Denver, L.A, San Francisco, Portland, Halifax, Montréal, Yerevan, Sydney, Nicosie, Berlin, Rotterdam, Québec, Toronto, Vancouver, Copenhague, Dublin, Kuala Lumpur, Londres, Prague, Mexico, Édimbourg, Bruxelles, Rome, Auckland, Oslo, Séoul et tous ces points jusque Lisbonne, partout dans les villes les murs disent les traces du grand malaise de notre monde, ses rêves, ses contradictions, ses impasses – son impossibilité, à respirer.

Je pense au père qui attend son enfant, le soir, et prie en silence. Il ne croit pas en Dieu, le père, mais il prie quand même, parce qu’il ne sait plus vers qui se tourner. Il attend son enfant et l’inquiétude trace en lui des lignes vertigineuses, des phrases et des phrases qui racontent des histoires formidables d’enlèvements, d’accidents, de fugues et de disparitions.

Camille de Toledo, L’inquiétude d’être au monde

Lisbonne  © Candice Nguyen

Lisbonne © Candice Nguyen

Candice NGUYEN


Notre chroniqueuse de l'ailleurs Candice Nguyen a quitté Paris sur un coup de tête pour Marseille où elle vit et travaille depuis 2008 dans l’éditorial et la communication digitale. Partage son temps entre la mer, les routes et l’aide à la diffusion d’artistes, à travers notamment la revue de photographie et d’arts PLATEFORM Magazine et son journal en ligne. Elle est en charge des chroniques pour L'Autre Quotidien.