6 septembre 2019

witch.jpg
politic.jpg
 
Photo    Plein le dos

A ce jour, pas moins de 50 structures ont signé cet appel à converger, pour la manifestation du 21 septembre. Il est intéressant de constater cette aspiration générale, à s’unir plutôt que de se disperser dans la rue. “Fin du mois, fin du monde” une conscience forte de l’urgence de la situation, a été la motivation de cette tentative de bousculer les organisations climat, et de leur proposer un tempo et une tactique de lutte unificatrice et incluant toutes les formes d’action.

En Papouasie, province annexée par l’Indonésie, de grandes révoltes populaires ont éclaté.

En Papouasie, province annexée par l’Indonésie, de grandes révoltes populaires ont éclaté.

L’Autre Quotidien vous fait suivre désormais l’actualité des luttes en France et dans le monde en collaboration avec la page Facebook Teleia.

pense.jpg

André Gunthert avait à juste titre noté que la date du 14 mai, jour où Le Monde avait enfin admis l’existence de violences policières, représentait un tournant. Comme toutes les rédactions, incapables de produire une véritable autocritique, Le Monde n’avait pourtant pas daigné expliquer son long silence, qui a contribué à faire d’internet le seul canal véhiculant les preuves des exactions policières. “Les séquences de policiers en train de molester des manifestants sont diffusées en boucle. Tout y est disséqué, commenté, relayé”, admettait le “quotidien de référence”, pour justifier son choix de n’en rien montrer. C’était reconnaître l’importance de média en ligne comme le nôtre et des centaines d’autres comme posant les bases d’un contre-pouvoir capable d’opposer des preuves au discours bien rodé des gouvernants et de donner les informations que les grands média taisent. Visiblement, le gouvernement l’a compris. La censure que Facebook vient d’exercer - à l’évidence à sa demande - sur des dizaines de pages militantes à la fois à l’occasion du G7 représente un autre tournant. Inquiétant à la veille de la rentrée sociale. Présage d’un grand retour en arrière dans le droit à l’information.
Christian Perrot

Les neuf dixièmes des journalistes européens avaient été briefés : rien sur la Moldavie sinon pour brocarder Dodon, vieux bureaucrate du PCUS. Sauf que le pays est en ruines, l’Etat en cessation de paiements, les subsides de Bruxelles étonnamment évaporés. Et que la rue accuse Plahotniouk de ce siphonnage juteux (au moins 500 millions d’euros). Une rue qui fait émerger des militants anti-corruption dont l’existence était insoupçonnée mais qui se montrent à présent en mesure de diriger des ministères, comme Andreï Nèstase qui a pris celui de l’intérieur.

Photo Jack Taylor

Photo Jack Taylor

Autrefois vénérées - et occupant une place presque mythique dans la culture sud-asiatique - les Hijras, la plus ancienne communauté transgenre du monde, dont l'existence remonte aux deux anciens textes hindous du Kama Sutra et du Mahabharata, publiés vers 400 av. J-C, sont maintenant confrontées à l'oppression en marge de la société.

Illustration. Amos Biderman

Illustration. Amos Biderman

Chaque année, 4000 israéliens sont mis en demeure de prouver devant les tribunaux rabbiniques qu’ils sont juifs. Dans la plupart des cas, il s’agit de descendants d’immigrants venus de l’URSS souhaitant se marier. La procédure habituelle reposait sur la présentation de certificats de naissance et de décès. Les tribunaux rabbiniques proposent désormais à ceux dont ils jugent le cas litigieux de se soumettre à un test ADN pour prouver leur “ascendance juive”. Comme si le judaïsme était une question de race, et non de religion, ainsi que le fait remarquer le quotidien Haaretz. Le grand journaliste israélien Gideon Levy a fait un de ces tests et a découvert la vérité sur le lien de ses ancêtres avec Israël : il n’y en avait aucun.

 
cult.jpg
 
Photo Dulce Pinzon, photographe mexicaine auteur d’une remarquable série sur l’héroïsme des gens simples et des migrants qui font tourner l’économie américaine.

Photo Dulce Pinzon, photographe mexicaine auteur d’une remarquable série sur l’héroïsme des gens simples et des migrants qui font tourner l’économie américaine.

 
 

Avec Dulce Pinzon, Santoka, Pier Paolo Pasolini, Theo Girard.

PRÉVOIR.  Vernissage le samedi 7 septembre de 16h à 20h à la    Galerie Anne Barrault    de la très attendue exposition “Topor n’est pas mort”.

PRÉVOIR. Vernissage le samedi 7 septembre de 16h à 20h à la Galerie Anne Barrault de la très attendue exposition “Topor n’est pas mort”.

David B.,  Le Mort détective

David B., Le Mort détective

 

Les éditions L’Association sortent pour la rentrée deux beaux livres de format à l’italienne, qui sont plus des romans graphiques que des B.D. : “Le Mort détective” de David B. et “Ici ou ailleurs” de Guy Delisle, d’après Jean Echenoz. De l’inhabituel et du senti. Que du bon !

ElGiza.jpg

Connaisseur très fin de l’œuvre d’Hugo Pratt, Marco Steiner convoque avec habileté dans '“Le corbeau de pierre” les pères nourriciers de Corto Maltese que sont Robert Louis Stevenson et Jack London, et s’autorise quelques jolis clins d’oeil du côté du Björn Larsson du « Cercle celtique » ou de « Long John Silver ».

+ de livres dans L’Autre Quotidien

ART

Pierre Aghaikian : KiloRen, détail 2018

Pierre Aghaikian : KiloRen, détail 2018

Tout comme dans la chanson “Burn The Witch” de Radiohead, à laquelle la troisième exposition personnelle de Pierre Aghaikian chez Isabelle Gounod et l’une des peintures présentées empruntent leurs titres, le style résolument expressionniste du jeune artiste français est aussi planant que tendu. On a voulu en savoir plus.
->
Galerie Isabelle Gounod

 
Josephine Baker, on l’adore.

Josephine Baker, on l’adore.

 

My body ≠ Ta chose est un projet où l’autre est intentionnellement réifié pour survivre à l’exotisme. Évoquant l’esprit de Joséphine Baker, l‘exposition n’a pas vocation à dénoncer ou victimiser. Au contraire, l’intention est de mettre en lumière des dynamiques où le contrôle de l’autre est exercé à partir de sa propre corporalité.
->
Maëlle Galerie 1-3 rue Ramponeau 75020 Paris

 
Luc Boegly

Luc Boegly

 

Avec un sens du crétin bien prononcé, Bolsonaro fait brûler les arbres pour ouvrir une autoroute en Amazonie, au cœur du poumon vert de la planète… Pendant ce temps-là, à Paris, l’exposition “Nous les Arbres” laisse entendre les voix de ceux qui ont développé, à travers leur parcours esthétique ou scientifique, un lien fort et intime avec les arbres, et qui mettent en lumière la beauté et la richesse biologique de ces grands protagonistes du monde vivant aujourd’hui massivement menacés.
->
Fondation Cartier, 211 bd Raspail, 75014 Paris

+ d’art dans L’Autre Quotidien

MUSIQUE

 
AT.jpg

Pour ceux qui, comme moi, sont tombés dans la techno au début des années 90, Aphex Twin demeure un repère immuable. Pour avoir fait bouger le son comme nul autre d’abord. Pour avoir sorti certains des clips les plus sublimes de l’histoire, ensuite, dont “Windowlicker” et enfin, pour être revenu là où personne ne l’attendait plus avec encore de nouveaux sons et frissons. Son passage à Rock en Seine 2019 a été plus qu’un événement, une révélation. Retour à froid.

 

Une bulle jazz joyeuse et joueuse ! Ce n'est pourtant pas un signe des temps. À croire qu'en période révolutionnaire, on aurait besoin de mettre en garde contre un possible retour de la réaction, mais lors des dérives dictatoriales et régressives le ton devrait être aux heureuses utopies... Concert ce soir au studio de l’Ermitage.

+ de musique dans L’Autre Quotidien

 
L'Autre Quotidien