7 mai 2019

Photo Esther Kroon

Photo Esther Kroon

L’éphéméride du 7 mai

L'oiseau s'envole du côté où regarde son bec.

Proverbe africain

époque.jpg
 
aikido.jpg
banksy_exctinction_rebellion.jpg

“La seule chose dont nous avons besoin plus que d’espoir, c’est d’action. Une fois que nous commençons à agir, l’espoir est partout. Donc, au lieu de chercher l’espoir, cherchez l’action. Alors, et seulement alors, l’espoir viendra.’’ Greta Thunberg

photos-of-the-opiate-epidemic-thats-ravaged-gaza-343-1474566512.jpg
said.jpg
ambani.jpg

Arhundati Roy : une histoire de fantômes

Peut-être que les véritables ‘fossoyeurs’ du capitalisme seront ses propres cardinaux délirants, eux qui ont changé l’idéologie en foi. Malgré leur génie stratégique, ils semblent avoir du mal à se rendre compte d’un fait élémentaire : le capitalisme détruit la planète. Les deux anciennes astuces qui l’ont sorti des crises passées — la guerre et le shopping — n’y pourront rien.

ouragan.jpg

Voilà l'enseignement hugolien : malheur à qui ne croit en rien. Ce n'est pas religieux, c'est la conviction que quelque chose comme l'infini (intérieur) peut exister. Nous ne sommes pas programmés pour trouver une « bonne place » dans le monde tel qu'il est ; nous devons mettre en branle, trouver l'occasion de déployer cette infinité intérieure. Le nihiliste est le personnage contemporain typique, l’homme qui n'est dupe de rien et ne croit plus en rien. L’homme dont le seul vœu est de s'installer là où il vivra tranquillement le mieux possible. À celui-là, Hugo dit : malheur à toi ! Tu es un homme mort !"

ailleurs-2.jpg

 

Photo

Mathieu Farcy  -  Chers à canons

Mathieu Farcy - Chers à canons

  • Circulation(s) dans l'Europe de la photo au 104 Pour sa neuvième édition, le festival Circulation(s) offre une nouvelle visibilité à la récente génération de photographes européens, via une cinquantaine de séries photos et autant d’histoires réelles ou inventées.

***
Livres

Arielle Bobb-Willis

Arielle Bobb-Willis

“J’ai sur le corps une constellation. D’astres perdus dans leur course folle, d’étoiles orphelines prises dans l’indécision d’un univers sans lois, aucun objet pour en attirer d’autres, aucune courbe réglée, ni danse commune, les soleils y sont morts.”
Des voix, Manuel Candré

Broomberg & Chanarin

Broomberg & Chanarin

“Elle, elle était allongée sur le canapé, sur le dos, une main sur son ventre bombé d’eau. C’était ça, elle, là. Elle n’était rien d’autre que ça, là, le canapé contre un mur blanc, un mur vide. C’était dans les vapes qu’elle était. Quelque part là, oui, sans doute. Il faudrait dire ça plus exact peut-être, mais on ne peut pas. Ce qu’on ne peut pas, il faudrait l’essayer ici.
Le canapé était bouteille vert, ça je me souviens.
Ça ne disait rien, elle.”
Ulla ou l’effacement, Andréas Becker

***
Cinéma

3F5.jpg

“Lorsque j'écris et qu'une bonne idée passe à ma portée, je me mets à danser tout seul comme une andouille.”
Youssef Chahine

Music & Mixes

Plastic+Anniversary.jpg
Floryan Varennes  ,   Crux,   2018, œuvre sélectionnée par Isabelle de Maison Rouge

Floryan Varennes, Crux, 2018, œuvre sélectionnée par Isabelle de Maison Rouge

Pour déborder le virtuel, les événements programmés pendant le salon Turbulences sont autant d’occasions de rencontres avec les artistes et la réalité des œuvres. Huit spécialistes de la création contemporaine française ont été invités par Isabelle de Maison Rouge, directrice artistique du salon, à présenter un artiste de leur choix, et une sélection d’œuvres représentatives de son travail.

Gilles Barbier

Gilles Barbier

“Je me suis toujours défini comme pantin, pion, clone, toon ou fantôme. Je n’ai cessé de dire mon inconsistance, je n’ai cessé de décrire mon activité comme un divertissement, tout en rappelant à chaque fois le sérieux avec lequel je conduisais cette « pure dépense ». Je voudrais être parfaitement disponible, comme le corps de l’actrice porno ; je souhaiterais n’avoir aucun poids, n’être jamais propriétaire. Ainsi en plaçant mon activité de copiste, cette vacance dominicale, au centre du dispositif comme s’il s’agissait de la colonne vertébrale de la maquette, j’imagine redéfinir assez nettement ma position.”
Entretien avec Éric Mangion, Gilles Barbier

ailleurs-2.jpg

 

Les numéros précédents de L’Autre Quotidien

 
L'Autre Quotidien