28 mai 2019

Un premier mai à Lvov, Ukraine, 1968.

Un premier mai à Lvov, Ukraine, 1968.

Nos malheurs entrent toujours par des portes que nous leur ouvrons.

Proverbe portugais


ma10.JPG

Démocratie directe, blocages, occupations, autonomie par rapport aux anciennes structures politiques et syndicales, souterrainement, ce sont les luttes de ces trois dernières années, trop vite analysées comme des échecs, qui ont nourri et inspiré le mouvement des Gilets jaunes ou les marcheurs pour le climat. Ils ont en commun d'avoir retrouvé le goût d'écrire leur vie. De se dérober à la dictée de l'époque et des autorités. De penser que leur destin n'est pas déjà décidé. De sortir du scénario.

fin de leur monde.jpg

Seule note d’espoir des élections européennes (Macron s’en est très bien sorti, Le Pen aussi - c’est un triste résultat) le score surprise des écologistes laisse beaucoup de questions en suspens. Que veulent vraiment les électeurs écologistes ? Et jusqu'où sont-ils prêts à aller pour sauver la planète ? Les jeunes qui ont voté écolo pour sauver la planète se satisferont-ils d’une couche de peinture verte sur l’économie de marché ? Yannick Jadot sera-t-il une éolienne, version moderne de la girouette, comme beaucoup de dirigeants verts avant lui ? Ne tombe-t-il pas déjà dans le piège de l’arrogance qui attend les bras ouverts ceux qui viennent de faire un score inespéré (on pense évidemment à Mélenchon après les présidentielles) en refusant toute discussion avec les autres et la gauche, qu’il enterre un peu vite ?

Le soir des élections présidentielles, après un duel entre Macron et l'extrême droite, on pouvait lire ce slogan sur les murs : « Macron en 2017, c'est Le Pen en 2022 ». Depuis, le président mène des politiques d'une violence inouïe, accompagnées d'un autoritarisme et d'une répression sans bornes. Il prépare le terrain à l'extrême droite. C'est cette fausse alternative qu'il faut déjouer. Ça ne se passera pas dans les urnes. Il est évident que la seule force d’opposition conséquente au tandem de millionnaires autoritaires et corrompus que forment Macron et Le Pen est le mouvement populaire. Amplifions la résistance partout où c'est possible. L'étau se resserre. Dans les années qui viennent, nous avons le choix entre la Révolution ou la barbarie. Organisons nous.

Illustration. Amos Biderman

Illustration. Amos Biderman

“J'étais donc là, assis dans le bureau de Haaretz, éprouvette à la main, crachant et giclant, devant tout le monde, gargouillant et gargouillant avec presque rien qui sortait. Il a fallu environ une demi-heure, ce qui semblait une éternité, pour remplir comme requis. C'était un cauchemar. Mais la fin justifierait les moyens : à la fin, me suis-je dit, j’allais savoir qui je suis et ce que je suis, d'où je viens et où je vais. Peut-être que je ne suis pas vraiment un Juif, comme certains le soupçonnent, peut-être pas un Ashkénaze attitré, comme d'autres m’étiquettent. L'éprouvette allait voguer vers des laboratoires en Amérique et de là viendrait la réponse.”

Gideon Levy, célèbre éditorialiste du quotidien israélien Haaretz connu pour ses critiques de la droite nationaliste de Benyamin Netanyahou, a fait un test ADN et a découvert la vérité sur le lien de ses ancêtres avec Israël : il n’y en avait aucun. Néanmoins…

Les forces populaires en Algérie et au Soudan sont dans une position précaire. Le spectre de la contre-révolution menée contre les acteurs du Printemps arabe règne avec force. Mais les manifestants d’aujourd’hui ont tiré les leçons des luttes récentes dans la région et pourraient bénéficier d’une telle vision rétrospective. Pour discuter des dangers et des espoirs de ces développements, Ashley Smith, qui collabore à la revue Jacobin, s’est entretenu avec Gilbert Achcar, qui a beaucoup écrit sur le Printemps arabe et la politique au Moyen-Orient.


BONNES LECTURES

 
John Bolton, le retour de la guerre en personne.

John Bolton, le retour de la guerre en personne.

Les tensions entre les États-Unis et l’Iran ont éclaté depuis que le gouvernement Trump s’est retiré de l’accord nucléaire avec l’Iran l’année dernière et a commencé à renforcer les sanctions imposées à la République islamique. Plus tôt ce mois-ci, les tensions se sont transformées en menaces, alors que Washington refusait d’étendre les exemptions de sanctions aux acheteurs de pétrole iranien, désignait les Gardes de la révolution, une organisation terroriste, et entamait des préparatifs militaires pour  dissuader l’Iran.

John d’Agata - Yucca Mountain

John d’Agata - Yucca Mountain

Autour du but avoué d’évaluer la pertinence de la réponse que voudrait constituer le projet de Yucca Mountain : enfouir pour 10 000 ans des milliers de tonnes de déchets nucléaires sous une montagne située à quelques dizaines de kilomètres au nord de Las Vegas, John d’Agata entame de manière d’abord subreptice, puis de plus en plus virevoltante et endiablée, une véritable danse des faits, des questions et des réponses, flottant dans mille directions apparentes pour mieux revenir à la charge, obstinément, et nous irriguer de « fact checking ». Absolument passionnant (évidemment, les français penseront à Bure).



Artiste pluridisciplinaire et journaliste, Tomas van Houtryve est difficile à ranger dans une seule case. Son œuvre, qui mêle vision documentaire à un développement continu de sa technique et des possibilités esthétiques qui en découlent, trouve un aboutissement avec Lines and Lineage qui explore le mythe identitaire américain créé à la suite de la guerre du Mexique en 1848.

+ de photographie dans L’Autre Quotidien

ideal-trouble-2-28-mai-2-juin.jpg

Pour l’actuel programmateur de Lafayette Anticipations, les festivals d’aujourd’hui privilégient la caisse sur la découverte de nouveaux sons. Il en sait quelque chose, pour s’être fait virer de Villette Sonique en agissant autrement. La multiplicité des découvertes qui en faisait le charme se retrouve dans cette seconde édition d’Ideal Trouble, festival à tête chercheuse explosé dans cinq lieux parisiens qui offrent un catalogue d’inédits et de méconnus méritants. A partir de ce soir, vous avez six jours pour en faire le tour.

crumb.jpg

A l’occasion du dernier Disquaire Day le 13/04/19, notre ami J-J Birgé s’ouvrait à un nouveau coup double venu du Souffle Continu, celui qui ressortait conjointement une tuerie co-signée par l’Ensemble of Chicago et les aventures proto-musettes de Dominique Cravic. On lui laisse la parole… 

+ de musique dans L’Autre Quotidien


 
Carmen Perrin, Tracé tourné/frappé, 2018. Crayon de couleur — 163 cm de diamètre

Carmen Perrin, Tracé tourné/frappé, 2018. Crayon de couleur — 163 cm de diamètre

Si durant les années 80, Carmen Perrin s’est imposée comme sculptrice, le début des années 90 la voit travailler en lien étroit avec l’architecture et le paysage. Elle poursuit dorénavant des collaborations sur des projets liés à l’espace public et mène, de concert, une recherche qui articule la sculpture et le dessin. Atmosphères, nous voilà !

+ d’art dans L’Autre Quotidien


curio.jpg

"De toutes pièces", le féroce et déroutant cabinet de curiosités de Cécile Portier

Un homme est chargé par des commanditaires invisibles et anonymes de constituer un luxueux cabinet de curiosités. Il a peu de temps mais de l’argent, des moyens apparemment illimités pour cette entreprise. «De toutes pièces» est le journal de cet homme, au fil des quatre saisons de cette « aventure » : il raconte l’assemblage obsessionnel de cette collection, projet visant à la perfection formelle et qui, d’une saison à l’autre, se fissure et se détraque.

Une membrane de vierge décapsulée, tendue dans un minuscule tambour à broder en bois. Je pense aux tigres de cirque, passant au travers des cerceaux de papiers, des cercles de feu. Je pense à cette camisole de force vue un jour dans une exposition, entièrement réalisée en ailes d’abeilles. Je pense à tout ce qui en moi se déchire.”

Cécile Portier - De toutes pièces, éditions Quidam

Egyptian_archer_tank_destroyer_knocked_out_by_Israeli_tanks_at_Abu_Ageila_-_1956.jpg

Entre un enlèvement à Roissy et un centre ultra-secret du renseignement israélien, une plongée remarquable dans un monde d’ombres et de magouilles impavides, par un fin connaisseur de l’Israël contemporain, Dov Alfon.

C’était la première fois qu’on lui demandait de représenter son unité à Camp Rabin, le quartier général de Tsahal à HaKirya. Elle considérait avec surprise l’énorme bâtiment des Forces de défense israéliennes, tandis que l’athlétique membre de la police militaire qu’on lui avait assigné pour escorte ouvrait la marche d’un pas martial. Le lieutenant Talmor le suivait à travers un labyrinthe de casernes brutalistes en ciment et de tours en verre futuristes, le long d’allées portant des noms aussi incongrus que « chemin des iris » ou « sentier des Pâturages ».

Dov Alfon - Unité 8200 - éditions Liana Lévi


Lire les numéros précédents

L'Autre Quotidien