17 juin 2019

vie.jpg
Lewis Hine - Garçons travaillant dans un bowling, Trenton, New Jersey. L’équivalent moderne de ce “bullshit job” serait peut-être “juicer” de trottinettes électriques.

Lewis Hine - Garçons travaillant dans un bowling, Trenton, New Jersey.
L’équivalent moderne de ce “bullshit job” serait peut-être “juicer” de trottinettes électriques.

Ne pas craindre d'aller lentement, craindre seulement de s'arrêter ! 

Proverbe chinois

Sous les pavés de pavot, la plage musicale.

Playlist opiomane


actu.jpg
délivrer.jpg

Pas un jour ne se passe sans que, quelque part dans le monde, le combat ne fasse rage entre les multinationales de la livraison de repas à domicile ou au bureau et ceux qui essaient de les contraindre à respecter le droit du travail et à s’acquitter de leurs obligations sociales. Le géant Amazon était déjà entré dans le capital D’Uber. Il vient d’entrer en mai au capital de Deliveroo lors d’une levée de fonds de 575 millions de dollars. C’est dire le poids financier et les moyens d’action juridiques de ces sociétés, ainsi que la direction qu’elles sont en train de prendre. C’est tout le marché du travail qui risque de basculer en suivant leur exemple. Nous estimons donc de la plus haute importance de suivre ce dossier au niveau mondial, et de soutenir toutes les initiatives des livreurs pour arracher des droits.

prostit.jpg

« Je crois honnêtement que ça arrête le viol », m'a dit Benjamin. « Ça permet aux hommes de se défouler et de satisfaire nos pulsions naturelles ». Benjamin parlait des avantages de la prostitution. C'est une bonne chose pour les femmes, a-t-il fait valoir, car plutôt que de violer, les hommes peuvent avoir des rapports sexuels comme et quand ils le veulent en payant une femme prostituée. Pour les hommes, cela assure la satisfaction de leurs besoins. De l'avis de Benjamin, tout le monde est heureux. C'est pourquoi la recherche récemment publiée sur les hommes qui paient pour avoir des rapports sexuels, par Demand Abolition (DA), un groupe US qui lutte contre l'exploitation sexuelle, est à la fois opportune et essentielle.

gretapeur.jpg

Il est généralement accepté que les vainqueurs des élections européennes du 26 mai ont été l’extrême droite et les Verts. Et il est aussi généralement accepté qu’aux succès des Verts ont contribué grandement les mobilisations sans précédent d’une jeunesse s’inspirant de la combativité et des thèses radicales de la jeune suédoise Greta Thunberg. En conséquence, il n’est pas surprenant que cette extrême droite choisit d’attaquer ce qu’elle appelle « le mythe du changement climatique » et surtout, cible de plus en plus son attaque sur la personne de cette Greta Thunberg qui galvanise la jeunesse en Europe et au delà ! Mais qui finance cette campagne ? Une enquête de Greenpeace révèle le rôle que jouent des think-tanks climato-sceptiques conservateurs, le EIKE (Institut Européen pour le Climat et l’Énergie) et le CFACT-Europe (Comité pour un Lendemain Créatif), filiale du CFACT-US, ainsi que celui de l’Institut Heartland, financé par ExxonMobil, la famille Koch, deuxième plus riche famille nord-américaine qui domine – entre autres – dans le secteur du pétrole, ou la famille Mercer, un des principaux soutiens financiers du président Trump.

enfants.jpg

Tout d’un coup, nos maisons recevaient des jeunes gens dont on disait qu’ils étaient des enfants qui n’avaient rien (sans bagages, sans papiers) et qui avaient tout (tenté). Pouvoir quelque chose sur ce rien et tout qu’ils représentaient. Vertigineux.


cult.jpg
Penelope Antena, photo Alice Coule.

Penelope Antena, photo Alice Coule.

A bien chercher la filiation, ou plutôt les sororités de Penelope Antena, on sent vite monter comme un parfum de Coco Rosie et de sa mère Isabelle, toutes égéries de scènes indés de 80 à 2010, et on y retrouve un laisser-aller du propos qui en fait toute la différence et le grain folktronica. Retour de gazelles disparues? Oui, mais pas que … 

A tous les fans de Stereolab qui s’inquiètent de leur rythme de parution ô combien aléatoire, on conseille aujourd’hui le Age of Immunology des Vanishing Twin, en vrai remède à la merde sonore actuelle qui ne dit jamais son nom. Vus sur scène dernièrement pour présenter le dit album, on en est ressortis comblés.

ART

Juan Uslé, Notas para Sone que reveladas (3), 2015, Aquarelle sur papier, 65 x 71 cm, © Juan Uslé Courtesy Galerie Lelong & Co

Juan Uslé, Notas para Sone que reveladas (3), 2015, Aquarelle sur papier, 65 x 71 cm, © Juan Uslé Courtesy Galerie Lelong & Co

Avec Lignes, la Galerie Lelong & Co. fait dialoguer les œuvres de Günther Förg, Sean Scully, Frederic Matys Thursz, Juan Uslé et Fabienne Verdier. Issus de générations et d’horizons variés, ces peintres ont choisi comme mode d’expression l’abstraction. En partant d’une vraie économie de moyens, ils arrivent à exprimer une vraie intensité visuelle. → 13/07/19 Galerie Lelong & Co 13, rue de Téhéran – Second espace au 38, avenue Matignon 75008 Paris

CINÉMA

Teresa Villaverde - Contre ton coeur

Teresa Villaverde - Contre ton coeur

Au moment où sort en salle le nouveau long métrage de Teresa Villaverde, Contre ton cœur, Beaubourg propose de (re)venir à ses huit premiers longs métrages qui jalonnent trente ans de carrière. Pour saisir la singularité de cette cinéaste inclassable qui a imposé, une radicalité formelle au service d’une prise en charge sans faille des laissés-pour-compte de la construction européenne.

+ de cinéma dans L’Autre Quotidien

PHOTOGRAPHIE

Henry Wessel

Henry Wessel

Amateur de films noirs et passé par la psychologie avant de devenir photographe, Henry Wessel a passé sa vie à inscrire le paysage dans sa démarche et y matérialiser la lumière (surtout californienne). Sa première rétrospective française à la MEP permet de découvrir un artiste en quête de scénarios.

LIVRES

Clarksdale, Mississipi

Clarksdale, Mississipi

A traîner son blues au cours d’une retraite qui n’en finit pas de s’éterniser dans la solitude et les migraines, le héros du roman d’Embarek embarque sa fille sur la route du blues, un voyage qui part sous les auspices d’une mémorial à la musique et se barre rapidos en couille, pour erreur d’aiguillage. C’est Une flèche dans la tête, et c’est très bien.

Michel Embarek - Une flèche dans la tête - éditions Joëlle Losfeld

Ivan le Terrible tue son fils -  Ilia Répine, 1885

Ivan le Terrible tue son fils - Ilia Répine, 1885

C’est lorsqu’il évoque un peintre chan et une certaine ligne que Charles Sagalane touche de près à la furtivité paradoxale d’un Alain Damasio, lorsqu’il explore la « Maison de l’artiste » d’Arthur Villeneuve qu’il transforme la lubie en performance,  ou lorsqu’il guette l’apparition d’un graffiti de Banksy, trace fugace par essence, qu’il brouille à loisir les repères du pérenne, du consacré et de l’impromptu. Dans cette muséographie bien particulière qui naît de son travail sur le langage, les registres et les tonalités, il nous confirme que les objets, qu’ils soient classés en objets d’art ou non, ont une vie propre, et que leur nourriture étrange, une fois saisie par la poésie, constitue un carburant indéniablement essentiel.

(Un peintre chan observe et se laisse observer.)
(Aucune ligne ne tracera la montagne tant qu’elle ne sera pas ligne montagne.)

Charles Sagalane - 51 Antichambre de la galerie des peintres - éditions La Peuplade


L'Autre Quotidien