10 septembre 2019

politic.jpg
La page Facebook de      Fly Rider Infos Blocage

La page Facebook de Fly Rider Infos Blocage

“Nous ne laisserons personne dire que nous sommes instrumentalisés. Déterminés à exister par eux-mêmes, les Gilets jaunes sont les inventeurs de leurs destins.”

Maxime Nicolle a décidé hier soir de rendre public sur la page Facebook de son groupe : Fly Rider Info Blocage, ce texte qui vient à point nommé rappeler à ceux qui en rêvent (et manoeuvrent en coulisse, de façon parfois immonde, pour y parvenir) que les Gilets Jaunes sont des gens qui ont fait le choix d’être auto-organisés, indépendants, déterminés à exister par eux-mêmes. De là vient la force de ce mouvement comme il n’en avait jamais existé en France, “sans chef, sans organisation centralisée, sans porte-parole désignés, libre de ses choix , inventeur de son destin…”. Avec tous ceux qui refusent d'être des figurants, mais revendiquent leur liberté d'être, de parler et de décider par eux-mêmes (voir notre texte : “Considérations sur l’autonomie”), nous ne pouvons que nous réjouir de ces mots, si neufs et si forts dans le contexte des luttes sociales en France, qui ont longtemps été fermement “encadrées” et cadenassées par des directions syndicales depuis longtemps éloignées de la base et devenues des machines à négocier avec le pouvoir sans rendre de compte à personne : “Magie de quelque chose de vivant qui nous appartient à tous car il n’appartient à personne”. Oui, il y a quelque chose de magique dans ce mouvement qui “réinvente la fraternité, la solidarité et arrache des petits bouts de liberté” malgré une répression sans précédent par son ampleur et sa violence. Une dignité une fierté et, osons-le dire, malgré les peines et les souffrances, une joie et le sentiment d’une existence en commun retrouvées.

Photo Manifestation à Nantes

Photo Manifestation à Nantes

10.09.2019 | 21 septembre 2019 : Vers l’alliance des Gilets jaunes et du mouvement climat ? Une journée dans la vie de ceux qui résistent à la Machine.

L’Autre Quotidien vous fait suivre l’autre actualité, celle des oubliés de l’histoire, des résistants à l’oppression et des rêveurs d’un monde meilleur, en collaboration avec Teleia. Aujourd'hui, nous publions un texte qui nous semble important : le 21 septembre 2019, de grandes organisations écologistes appellent à un nouveau soulèvement massif pour la justice sociale et climatique. De son côté, le mouvement des Gilets jaunes, loin de son élan premier, s’est transformé d’une façon inédite, avec des dispositifs démocratiques qui tiennent la route mais des effectifs réduits. Alors qu’il irrigue d’une force nouvelle les autres luttes dans lesquelles il se reconnaît, nous aurions ici l’occasion de rechercher des cadres communs à notre action et à notre analyse, préalablement à toute alliance poussive. Cette recherche ne s’annonce pas simple. Le mouvement climat et les Gilets jaunes ont en commun d’être hétérogènes et ambivalents. Et des différences peut-être profondes, entre les deux ensembles qu’ils forment malgré leur diversité, pourraient faire durer leur incompatibilité.

Lula avant de se rendre en prison. Photo Midia Ninja

Lula avant de se rendre en prison. Photo Midia Ninja

Sonder le monde à partir d’une minuscule cellule : Interview exclusive de Lula depuis sa prison avec les journalistes Mauro Lopes, Paulo Moreira Leite et Pepe Escobar (2/3)

Nous commencions à peine à atteindre notre vitesse de croisière dans notre vaste interview exclusive de 2 heures et 10 minutes avec l’ancien Président Luis Inacio Lula da Silva dans sa prison du bâtiment de la police fédérale à Curitiba, au sud du Brésil.Et puis ça nous a frappés de plein fouet quand il nous l’a dit :

Les États-Unis avaient très peur quand j’ai discuté d’une nouvelle monnaie et Obama m’a appelé pour me dire : “Essayez-vous de créer une nouvelle monnaie, un nouvel euro ?” J’ai répondu : “Non, j’essaie simplement de me débarrasser du dollar américain. J’essaie juste de ne pas être dépendant”.

C’était la pierre angulaire de ce qui allait devenir un coup d’État de guerre hybride complexe et roulant, de l’espionnage de la NSA contre le gouvernement brésilien et les grandes entreprises nationales, à l’enquête sur la corruption “Lava Jato” (maintenant démolie comme un racket monstre), la destitution de la Présidente Dilma Rousseff, l’emprisonnement de Lula et l’émergence du Pourvoyeur du Chaos, Jair Bolsonaro.

migrants-usa.jpg

Sous la pression des activistes, les banques cessent de financer les centres de rétention privés pour migrants aux États-Unis

Les grandes entreprises pénitentiaires privées CoreCivic et GEO Group risquent de perdre 72 % (environ 1,9 milliard de dollars) de leurs financements privés, depuis que les principales banques américaines se sont engagées à se retirer du système carcéral privé, sous la pression de militants. C’est ce que révèle une nouvelle analyse réalisée, entre autres, par le Center for Popular Democracy.

cult.jpg
© Kourtney Roy,      Northern Noir

© Kourtney Roy, Northern Noir

Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent. 
Robert Desnos, Demain

PHOTOGRAPHIE

Masahisa Fukase -  The Incurable Egoist

Masahisa Fukase - The Incurable Egoist

Grand portraitiste japonais mort en 2012, Masahisa Fukase avait disparu du circuit, suite à une chute qui lui avait causé des dommages cérébraux permanents dans les années 90. Depuis peu, on rouvre ses archives qui permettent de prendre la mesure de son talent et des livres sortent pour mieux l’inscrire dans la durée.

Ernst Haas,  Western Skies Motel, New Mexico, USA, 1978    C-Print — 50 × 76 cm© Ernst Haas Estate / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

Ernst Haas, Western Skies Motel, New Mexico, USA, 1978 C-Print — 50 × 76 cm© Ernst Haas Estate / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

“La couleur visionnaire” rassemble aux Douches la Galerie près de quarante tirages, pour la plupart inédits, témoignant de la singularité de l’œuvre d’Ernst Haas. Prises entre 1952 et 1981, ces photographies cultivent une ambiguïté proche de l’abstraction, traversées qu’elle sont toutes de reflets, de superpositions, de cadrages décentrés et d’effets de flou.

CINÉMA

Quand John Carpenter adapte avec bonheur le “Christine” de Stephen King

Quand John Carpenter adapte avec bonheur le “Christine” de Stephen King

Dès l’introduction, ça sent la graisse, les décibels, la moiteur ado et les objets de transfert ; l’Amérique quoi - mais sur un ton passé au prisme d’une Plymouth Furie rouge sang. Les premières minutes de “Christine”, volontairement filmées dans un sépia brunâtre de flashback, contiennent en germe tout ce qui présidera au long métrage. Et le coffret collector offre ses quelques bonbons - pour la soif !

ART

Luc Boegly

Luc Boegly

Avec un sens du crétin bien prononcé, Bolsonaro fait brûler les arbres pour ouvrir une autoroute en Amazonie, au cœur du poumon vert de la planète… Pendant ce temps-là, à Paris, du côté du Boulevard Raspail, à la Fondation Cartier, on réfléchit à de nouvelles approches et perceptions. L’exposition “Nous les Arbres” laisse entendre les voix de ceux qui ont développé, à travers leur parcours esthétique ou scientifique, un lien fort et intime avec les arbres, et qui mettent en lumière la beauté et la richesse biologique de ces grands protagonistes du monde vivant aujourd’hui massivement menacés.

LIVRES

Abebe Bikila finissant le marathon olympique à Rome en 1960.

Abebe Bikila finissant le marathon olympique à Rome en 1960.

Inscrire un monde au complet, frémissant, politique, intime et beau, dans le temps précis d’un marathon olympique pas comme les autres en 1960. Somptueux.

MUSIQUE

Autumn is coming !

Une playlist musicale aussi virevoltante que les feuilles qui commencent à tomber. Bientôt nous dirons : “Soudain l’été dernier”. Mais l’automne, c’est pas si triste.

L'Autre Quotidien