5 mars 2019

Belle photo (de qui ?). Banderole de tête samedi à Nantes. Attaquée par la police dès les premières minutes de la manifestation. Sur la banderole : “Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce”. C’est le titre d’un roman de Lola Lafon, paru chez Actes Sud en 2011. Les “casseurs” ont de bonnes lectures.

Belle photo (de qui ?). Banderole de tête samedi à Nantes. Attaquée par la police dès les premières minutes de la manifestation. Sur la banderole : “Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce”. C’est le titre d’un roman de Lola Lafon, paru chez Actes Sud en 2011. Les “casseurs” ont de bonnes lectures.

Politique

Algérie : “Allô le système !”

Le système qui met en coupe réglée l’Algérie ne veut rien entendre. Et surtout pas sa jeunesse. Bouteflika se présentera donc bien pour une cinquième présidence. Raja Meziane est une chanteuse algérienne dont le destin rappelle celui de son pays : appréciée en 2007 après sa participation dans l’émission « Ahlane Wa Chabab », un télé-crochet musical algérien, à dix neuf ans, elle était invitée sur tous les plateaux de télévision d’Algérie.  Surprise pour les gens au pouvoir : ses chansons se sont mises à dénoncer la hogra, l’injustice, et la corruption. Blacklistée depuis dans les média algériens, pour être libre de ses paroles, Raja s’est réfugiée en République Tchèque. Sa vidéo sur les manifestations contre le cinquième mandat vient d’être mise en ligne.

Un résumé (assez hallucinant) du dimanche 3 mars où Bouteflika a finalement fini, à la consternation générale, par se représenter pour un cinquième mandat tandis qu’apparaissaient et disparaissaient d’autres candidats (si l’on peut dire).

Assiste-t-on à un début de "Printemps algérien" ? Omar Benderra, économiste algérien, ancien directeur de banque publique et directeur de la Fondation Frantz-Fanon, donne ici un éclairage utile pour comprendre le contexte de cette nouvelle révolte.

On écrit ça : arrestations à grande échelle. 
On écrit ça : 6500 migrants refoulés vers le sud. 
On écrit : dans le bateau, aller-retour. 
Refoulés au Maroc.

Débat | Il nous a été reproché de faire oeuvre de division en critiquant l'appel à rassemblement contre l’antisémitisme de Ménilmontant de l'UJFP (Union des Juifs Français pour la Paix) et du PIR (Parti des Indigènes de la République). Un rassemblement où l'on a pu entendre des propos antisémites tels que "les juifs sont privilégiés", et où il n'a quasiment pas été question d'antisémitisme en tant que tel, mais uniquement de son instrumentalisation. Une telle situation doit nous pousser à nous poser la question suivante : quel antiracisme politique voulons-nous? Juives et Juifs révolutionnaires

Stephen Jay Gould définissait le darwinisme social comme cette théorie selon laquelle « il existe en permanence une classe inférieure de pauvres, composée de personnes héréditairement sous-douées et condamnées inévitablement à ce destin pour cette raison biologique [1]. » Cette théorie (que Gould a constamment pourfendue) n’est pas morte. En témoignent les récentes conférences de Saclay sur le transhumanisme placées sous le parrainage de la députée locale (LREM), Amélie de Montchalin.

Géographie, littérature et politique, sous couvert de cyclisme et de rencontres de hasard, nous offrent une véritable leçon de vie à propos de mondialisation : dans les lignes de fuite et les méandres historiques de ce Danube-ci, il y a à dissocier et reconstruire le clivage pervers entre élites et peuples qui sépare aujourd’hui les grands de ce monde, prompts à célébrer l’abolition des frontières financières autour de quelque verre de grand cru dans un palace climatisé, peu importe où, et des petits, qu’il serait au fond accessoire de laisser être renvoyés à leurs démons du repli sur soi et du refus de l’autre. « Sur la route du Danube » en est, militant et convaincant, le contre-exemple rêvé, avec ferveur et sans idéalisme.

Dans la lignée du Tumbr participatif “La rue ou rien”, qui collecte les messages politiques écrits sur les murs de nos villes depuis les manifestations contre la loi Travail, “Plein le dos” est une galerie photo de gilets émancipateurs qui entend constituer une œuvre collective pour la mémoire du peuple. On a besoin de vous pour récolter un maximum d'images. N’hésitez pas à envoyer vos photos. https://pleinledos.tumblr.com/

 

Culture

gabrielle.jpg

Haïku + Raja Meziane + proverbe + Joseph Beuys + Gabrielle Duplantier. Et une petite (avec guillemets) phrase de Lola Lafon pour commencer la journée d’un bon pied : “N’être coupable de rien quand on est griffée de tout rend l’innocence bien pesante.”

cabaret-contemporain-2.jpg

Musique | A froid, ça donne ça : Cabaret Contemporain est un groupe de musique indépendante français, association de cinq musiciens compositeurs et improvisateurs, d'un producteur et d'un ingénieur du son. A chaud, c’est carrément palpitant - sur scène, comme sur disque. Découvert par hasard, en première partie d’Acid Arab, leur set autour de Kraftwerk était superbe. Un album est sorti, on en cause, là tout de suite.

Antonio-Tabucchi-e1505557638520.jpg

Livres | Antonio Tabucchi, dont le récent « Ces histoires qui arrivent » de Roberto Ferrucci, nous rappelait en beauté la profonde attention faussement désinvolte qu’il accordait à l’amitié, affectionnait notablement une forme particulière de témoignage littéraire dans ce domaine, celui de l’histoire-lettre, forme à laquelle appartiennent certains de ces textes les plus célèbres. En 2000, emmenant avec lui quelques dessins de son ami Valerio Adami (dont peut-être bien une copie de celui qui lui est directement consacré), il profite d’un bref séjour en Crète pour lui écrire, et pour ébaucher ce faisant une nouvelle visite du côté du mythe par excellence, celui du Labyrinthe et du Minotaure, mythe cher s’il en est à Fernando Pessoa comme à son traducteur et exégète italien.

catherine+rey.jpg

Art | Les Fleurs de mémoire pourrait être un titre à cette huile sur toile de Katherine Rey, comme une apparition dans un geste organique, interrogeant en soi la naissance de ces images mentales qui affleurent et qui voyagent par le geste pictural dans une authenticité, une sorte de notation poétique, articulant de concert le message qui s’y attache et la joie d’un surgissement des profondeurs de la Psyché.

lance-pierre.jpg

Playlist | Si vous appréciez nos goûts en musique, déroulez notre menu Culture, en haut à gauche de cette page, et sélectionnez “Mixes & Playlists”. Des dizaines d’heures de sons (souvent rares, toujours fouillés) vous attendent. C’est un peu L’Autre Radio.

junfukamachi.jpg

Musique | Est-ce l’habitude de Deezer ou Spotify ? On n’écoute plus d’albums en continu. On gobe du tube ou du climax et on en revient aux compilations et fonds de catalogue pour découvrir synthétiquement des mouvements ou des vagues passées à l’as. Tel est le cas de cette compilation japonaise qui fait aussi fort que les Selected Ambient Mixes d’Aphex Twin, la référence du genre ambient.

scene_1350.jpg

Photo | Des manifestations politiques ou des urgences humanitaires, voire des moments paisibles de la vie quotidienne. Bien qu’hétéroclites, ces images ont en commun le même type de lumière et un certain sens de la théâtralité. De là découle le sentiment que nous sommes tous acteurs des différents rôles que l’histoire et les circonstances exigent de nous. Alex Majoli, de chez Magnum, a un inconscient brechtien. Expo jusqu’au 28 mars au BAL.

CE1.jpg

Scènes | INVERSION ! Quand le 6 devient le 9, le 9 devient le 6. Quand le maître de cérémonie déclame à l’envers, le décor change : les rideaux rouges et noirs se transforment en miroirs ; quand l’électricité change de pôles, les danses se figent : monde à l’endroit de cirque à l’envers. Upside down; femme homme et homme femme : reverse ! Travestir l’autorité, draguer les pensées, risquer la comédie. Une soirée hors normes, des normes hors soirée. REACT ! A Paris jusqu’au 30 mars.

elsa.png

Photo | De Georges Perec à Michel Houellebecq existe un lien de la contamination des choses, de leur envahissement depuis les années 60, avec la lente désagrégation de la famille nucléaire. Ces effets historiquement contaminants sur la dépression du couple de la petite bourgeoisie sont au coeur des photographies d'Elsa & Johanna, où tout fait spectacle et œuvre dans une déréliction assumée. Exposition à Saint-Ouen jusqu’au 24 mars. Ne la ratez pas !


lirelanuit.jpg

Un aperçu du n°4 de La Nuit, notre mensuel culturel, qui regarde dans ce numéro la peur en face en 152 pages pleines d’images, de musique et d’émotion.

Si vous désirez consulter un numéro complet de La Nuit gratuitement, il vous suffit de nous envoyer ce mail : nous vous enverrons une adresse URL et un mot de passe pour un numéro.

Les numéros précédents

L'Autre Quotidien