4 mars 2019

Samedi à Colmar, les gilets jaunes ont redonné du sens à la statue de la liberté. A rapprocher de leur beau slogan écrit sur une banderole : “la fraternité, on l’a déjà retrouvée. Il nous reste à conquérir la liberté et l’égalité”. A l’évidence, il y en a (et surtout chez les éditorialistes, experts et politologues, ce qui est un peu effrayant) qui n’ont toujours pas compris de quoi il était profondément question dans ce mouvement.

Samedi à Colmar, les gilets jaunes ont redonné du sens à la statue de la liberté. A rapprocher de leur beau slogan écrit sur une banderole : “la fraternité, on l’a déjà retrouvée. Il nous reste à conquérir la liberté et l’égalité”. A l’évidence, il y en a (et surtout chez les éditorialistes, experts et politologues, ce qui est un peu effrayant) qui n’ont toujours pas compris de quoi il était profondément question dans ce mouvement.

Politique

Avec les Gilets jaunes, au niveau de « l’impureté », on est servi : 33 % se disent employés, 14 % ouvriers, 10 % artisans, commerçants ou auto-entrepreneurs, 10 % professions intermédiaires, 25 % inactifs ou retraités. Mais c’est quand on leur demande, dans des sondages et enquêtes, qu’ils répondent en ce sens, car l’une des caractéristiques premières du mouvement est de ne jamais aborder une discussion par le biais du travail concret effectué, mais par celui des conditions de vie. C’est d’ailleurs comme cela qu’il constitue son unité. Celle d’une commune condition de vie, difficile ou précaire. Par rapport à ces analyses en termes de classes nous pensons justement que la caractéristique du mouvement des GJ est d’être a-classiste, parce que ni l’analyse sociologique ou statistique en termes de catégories socioprofessionnelles ni l’analyse marxiste en termes de bourgeoisie et prolétariat ne sont pertinentes.

Débat | La volonté d'unification autour d'une lutte ne doit pas amener à minimiser l'oppression subie et nous taire sur les questions qui fâchent. Ainsi il nous a été reproché de faire oeuvre de division en critiquant l'appel à rassemblement de Ménilmontant, à l'appel notamment de l'UJFP (Union des Juifs Français pour la Paix) et du PIR (Parti des Indigènes de la République). Un rassemblement où l'on a pu entendre des propos antisémites tels que "les juifs sont privilégiés", et où il n'a quasiment pas été question d'antisémitisme en tant que tel, mais uniquement de son instrumentalisation. Une telle situation ne peut nous conduire à mettre les problèmes sous le tapis. Au contraire, elle doit nous pousser à nous poser la question suivante : quel antiracisme politique voulons-nous? Juives et Juifs révolutionnaires

Assiste-t-on à un début de "Printemps algérien" ? Omar Benderra, économiste algérien, ancien directeur de banque publique et directeur de la Fondation Frantz-Fanon, donne ici un éclairage utile pour comprendre le contexte de cette nouvelle révolte.

Stephen Jay Gould définissait le darwinisme social comme cette théorie selon laquelle « il existe en permanence une classe inférieure de pauvres, composée de personnes héréditairement sous-douées et condamnées inévitablement à ce destin pour cette raison biologique [1]. » Cette théorie (que Gould a constamment pourfendue) n’est pas morte. En témoignent les récentes conférences de Saclay sur le transhumanisme placées sous le parrainage de la députée locale (LREM), Amélie de Montchalin.

Il paraît qu’on peut juger d’une époque à la manière dont elle traite ses forêts. On jugera celle-ci à la manière dont elle mesure, pixel par pixel, son propre anéantissement. On n’aura jamais autant parlé de la “planète”, du “climat”, de l'“environnement global” qu’au moment même où nous nous retrouvons enfermés dans le plus petit des mondes, le monde des ingénieurs. Jamais autant disserté sur la « diplomatie climatique » que là où l’on juge de tout par des calculs et des algorithmes. Autant glosé sur le carbone pour en planifier des marchés. Les milieux naturels comme les lisières ou les haies de nos campagnes deviennent des infrastructures parmi d’autres, des IAE – “infrastructures agroécologiques » – avec leurs « services écosystèmes” répertoriés par télédétection spatiale.

Cinquante ans après la prise de possession de la Nouvelle-Calédonie par la France, le pasteur protestant et ethnologue Maurice Leenhardt débarque en 1902 sur le Caillou. Le maire de Nouméa lui demande : « Que venez-vous faire ici ? Dans dix ans il n’y aura plus un seul Kanak ! » En effet d’une population estimée à environ 55 000 individus en 1853, il n’en reste que la moitié, 27 000 ! Et le pouvoir colonial escomptait que la question kanak « se règle d’elle-même », enfin pas vraiment sur fond de massacres, de maladies, de désespoirs. Et puis, finalement, les kanaks ont résisté et survécu. Et obtenu 43 pour cent de votes pour la souveraineté au dernier référendum. La suite ?

Dans la lignée du Tumbr participatif “La rue ou rien”, qui collecte les messages politiques écrits sur les murs de nos villes depuis les manifestations contre la loi Travail, “Plein le dos” est une galerie photo de gilets émancipateurs qui entend constituer une œuvre collective pour la mémoire du peuple. On a besoin de vous pour récolter un maximum d'images. N’hésitez pas à envoyer vos photos. https://pleinledos.tumblr.com/

 

Culture

Kessels.jpg

Haïku + Forest Swords + proverbe + Emily Dickinson + Ria van Dijk.

cabaret-contemporain-2.jpg

Musique | A froid, ça donne ça : Cabaret Contemporain est un groupe de musique indépendante français, association de cinq musiciens compositeurs et improvisateurs, d'un producteur et d'un ingénieur du son. A chaud, c’est carrément palpitant - sur scène, comme sur disque. Découvert par hasard, en première partie d’Acid Arab, leur set autour de Kraftwerk était superbe. Un album est sorti, on en cause, là tout de suite.

Antonio-Tabucchi-e1505557638520.jpg

Livres | Antonio Tabucchi, dont le récent « Ces histoires qui arrivent » de Roberto Ferrucci, nous rappelait en beauté la profonde attention faussement désinvolte qu’il accordait à l’amitié, affectionnait notablement une forme particulière de témoignage littéraire dans ce domaine, celui de l’histoire-lettre, forme à laquelle appartiennent certains de ces textes les plus célèbres. En 2000, emmenant avec lui quelques dessins de son ami Valerio Adami (dont peut-être bien une copie de celui qui lui est directement consacré), il profite d’un bref séjour en Crète pour lui écrire, et pour ébaucher ce faisant une nouvelle visite du côté du mythe par excellence, celui du Labyrinthe et du Minotaure, mythe cher s’il en est à Fernando Pessoa comme à son traducteur et exégète italien.

catherine+rey.jpg

Art | Les Fleurs de mémoire pourrait être un titre à cette huile sur toile de Katherine Rey, comme une apparition dans un geste organique, interrogeant en soi la naissance de ces images mentales qui affleurent et qui voyagent par le geste pictural dans une authenticité, une sorte de notation poétique, articulant de concert le message qui s’y attache et la joie d’un surgissement des profondeurs de la Psyché.

lance-pierre.jpg

Playlist | Si vous appréciez nos goûts en musique, déroulez notre menu Culture, en haut à gauche de cette page, et sélectionnez “Mixes & Playlists”. Des dizaines d’heures de sons (souvent rares, toujours fouillés) vous attendent. C’est un peu L’Autre Radio.

junfukamachi.jpg

Musique | Est-ce l’habitude de Deezer ou Spotify ? On n’écoute plus d’albums en continu. On gobe du tube ou du climax et on en revient aux compilations et fonds de catalogue pour découvrir synthétiquement des mouvements ou des vagues passées à l’as. Tel est le cas de cette compilation japonaise qui fait aussi fort que les Selected Ambient Mixes d’Aphex Twin, la référence du genre ambient.

nalo.jpg

Livres | Une conférence, deux nouvelles et un entretien d’une voix canadienne et jamaïcaine en science-fiction et fantastique, magnifique d’intelligence et de lucidité, encore beaucoup trop rare en français.

scene_1350.jpg

Photo | Des manifestations politiques ou des urgences humanitaires, voire des moments paisibles de la vie quotidienne. Bien qu’hétéroclites, ces images ont en commun le même type de lumière et un certain sens de la théâtralité. De là découle le sentiment que nous sommes tous acteurs des différents rôles que l’histoire et les circonstances exigent de nous. Alex Majoli, de chez Magnum, a un inconscient brechtien. Expo jusqu’au 28 mars au BAL.

CE1.jpg

Scènes | INVERSION ! Quand le 6 devient le 9, le 9 devient le 6. Quand le maître de cérémonie déclame à l’envers, le décor change : les rideaux rouges et noirs se transforment en miroirs ; quand l’électricité change de pôles, les danses se figent : monde à l’endroit de cirque à l’envers. Upside down; femme homme et homme femme : reverse ! Travestir l’autorité, draguer les pensées, risquer la comédie. Une soirée hors normes, des normes hors soirée. REACT ! A Paris jusqu’au 30 mars.

elsa.png

Photo | De Georges Perec à Michel Houellebecq existe un lien de la contamination des choses, de leur envahissement depuis les années 60, avec la lente désagrégation de la famille nucléaire. Ces effets historiquement contaminants sur la dépression du couple de la petite bourgeoisie sont au coeur des photographies d'Elsa & Johanna, où tout fait spectacle et œuvre dans une déréliction assumée. Exposition à Saint-Ouen jusqu’au 24 mars. Ne la ratez pas !


lirelanuit.jpg

Un aperçu du n°4 de La Nuit, notre mensuel culturel, qui regarde dans ce numéro la peur en face en 152 pages pleines d’images, de musique et d’émotion.

Si vous désirez consulter un numéro complet de La Nuit gratuitement, il vous suffit de nous envoyer ce mail : nous vous enverrons une adresse URL et un mot de passe pour un numéro.

Nom *
Nom

Les numéros précédents

L'Autre Quotidien