1 mars 2019

C’est vendredi !

C’est vendredi !

Politique

Une semaine après les marches historiques contre le 5e mandat du vendredi 22 février, les Algériens sont de nouveau appelés à descendre dans la rue vendredi 1er mars, pour défendre la même cause. Après avoir brisé le mur de la peur des manifestations vendredi dernier et les jours qui ont suivi, les Algériens s’apprêtent à sortir dans la rue, avec comme principal enjeu : la mobilisation.

Assiste-t-on à un début de "Printemps algérien" ? Omar Benderra, économiste algérien, ancien directeur de banque publique et directeur de la Fondation Frantz-Fanon, donne ici un éclairage utile pour comprendre le contexte de cette nouvelle révolte.

Stephen Jay Gould définissait le darwinisme social comme cette théorie selon laquelle « il existe en permanence une classe inférieure de pauvres, composée de personnes héréditairement sous-douées et condamnées inévitablement à ce destin pour cette raison biologique [1]. » Cette théorie (que Gould a constamment pourfendue) n’est pas morte. En témoignent les récentes conférences de Saclay sur le transhumanisme placées sous le parrainage de la députée locale (LREM), Amélie de Montchalin.

Le Collectif de défense de l’hôpital de Die a rencontré les parents dont l’enfant est décédé in utero lundi 19 février 2019. Le témoignage de ces parents montre qu’aucun des engagements de l’Agence Régionale de la Santé pris lors de la fermeture de la maternité et de la chirurgie de Die n’a été tenu.

Il paraît qu’on peut juger d’une époque à la manière dont elle traite ses forêts. On jugera celle-ci à la manière dont elle mesure, pixel par pixel, son propre anéantissement. On n’aura jamais autant parlé de la “planète”, du “climat”, de l'“environnement global” qu’au moment même où nous nous retrouvons enfermés dans le plus petit des mondes, le monde des ingénieurs. Jamais autant disserté sur la « diplomatie climatique » que là où l’on juge de tout par des calculs et des algorithmes. Autant glosé sur le carbone pour en planifier des marchés. Les milieux naturels comme les lisières ou les haies de nos campagnes deviennent des infrastructures parmi d’autres, des IAE – “infrastructures agroécologiques » – avec leurs « services écosystèmes” répertoriés par télédétection spatiale.

Une histoire vraie. Comme une courte mais intense giboulée, une trombe d'eau qui, paradoxalement, vous essore, vous sèche. Comme une sournoise déjection canine sur laquelle vous glissez, au risque de déraper, de flancher, peut-être de tomber. Parfois, le racisme vous tombe dessus, sans prévenir. Comme toujours. Un texte de nos ami.e.s Des nouvelles du front.

C'est connu, mais on ne le répétera jamais assez: la vérité est la première victime des guerres. Avec le Vénézuela, nous sommes servis. Et depuis des années. Des deux côtés, la propagande touche à l'hystérie. A tel point que plus personne ne semble, millions de spectateurs extérieurs du conflit compris, se soucier encore de ce qui serait vrai ou faux factuellement, sachant déjà à quel point tout cela est devenu accessoire, comme un arrière-plan de théâtre changeant à la guerre du Bien contre le Mal. Nous essayons de garder la tête froide en reportant ce qui nous parvient de ce conflit d'une importance qu'on aurait grand tort de vouloir minimiser. En sachant que tout le monde ne nous croira pas (de toute façon). Mais l'évidence, c'est qu'il serait bon que tout le monde garde un regard critique - et au minimum quelques distances - sur et avec tous les acteurs du conflit, et leurs intentions réelles. Parce que si nous n'avons, personnellement, aucun mal à ne pas voir Maduro comme le chevalier blanc dans cet affrontement, il nous semble que beaucoup ne demandent qu'à oublier qui sont Trump, Bolsonaro et Uribe, et de quoi ils sont capables.

Cinquante ans après la prise de possession de la Nouvelle-Calédonie par la France, le pasteur protestant et ethnologue Maurice Leenhardt débarque en 1902 sur le Caillou. Le maire de Nouméa lui demande : « Que venez-vous faire ici ? Dans dix ans il n’y aura plus un seul Kanak ! » En effet d’une population estimée à environ 55 000 individus en 1853, il n’en reste que la moitié, 27 000 ! Et le pouvoir colonial escomptait que la question kanak « se règle d’elle-même », enfin pas vraiment sur fond de massacres, de maladies, de désespoirs. Et puis, finalement, les kanaks ont résisté et survécu. Et obtenu 43 pour cent de votes pour la souveraineté au dernier référendum. La suite ?

 

Culture

sabine.jpg

Haïku + Frente Cumbiero + proverbe + Pablo Neruda + Antoine Bruy

junfukamachi.jpg

Musique | Est-ce l’habitude de Deezer ou Spotify ? On n’écoute plus d’albums en continu. On gobe du tube ou du climax et on en revient aux compilations et fonds de catalogue pour découvrir synthétiquement des mouvements ou des vagues passées à l’as. Tel est le cas de cette compilation japonaise qui fait aussi fort que les Selected Ambient Mixes d’Aphex Twin, la référence du genre ambient.

nalo.jpg

Livres | Une conférence, deux nouvelles et un entretien d’une voix canadienne et jamaïcaine en science-fiction et fantastique, magnifique d’intelligence et de lucidité, encore beaucoup trop rare en français.

scene_1350.jpg

Photo | Des manifestations politiques ou des urgences humanitaires, voire des moments paisibles de la vie quotidienne. Bien qu’hétéroclites, ces images ont en commun le même type de lumière et un certain sens de la théâtralité. De là découle le sentiment que nous sommes tous acteurs des différents rôles que l’histoire et les circonstances exigent de nous. Alex Majoli, de chez Magnum, a un inconscient brechtien. Expo jusqu’au 28 mars au BAL.

CE1.jpg

Scènes | INVERSION ! Quand le 6 devient le 9, le 9 devient le 6. Quand le maître de cérémonie déclame à l’envers, le décor change : les rideaux rouges et noirs se transforment en miroirs ; quand l’électricité change de pôles, les danses se figent : monde à l’endroit de cirque à l’envers. Upside down; femme homme et homme femme : reverse ! Travestir l’autorité, draguer les pensées, risquer la comédie. Une soirée hors normes, des normes hors soirée. REACT ! A Paris jusqu’au 30 mars.

elsa.png

Photo | De Georges Perec à Michel Houellebecq existe un lien de la contamination des choses, de leur envahissement depuis les années 60, avec la lente désagrégation de la famille nucléaire. Ces effets historiquement contaminants sur la dépression du couple de la petite bourgeoisie sont au coeur des photographies d'Elsa & Johanna, où tout fait spectacle et œuvre dans une déréliction assumée. Exposition à Saint-Ouen jusqu’au 24 mars. Ne la ratez pas !

Monory.jpg

Livres | Ici ou là-bas”, de Jérôme Baccelli, est un surprenant vrai-faux roman d’espionnage autour des secrets de l’écrivain et diplomate Saint-John Perse pour éprouver les perspectives de la mondialisation heureuse, entre expatriations et exils.

gaye-su-akyol.jpg

Musique | Avant le futur Rio passé au détergent de Bolsonaro, Istanbul a été passée au peigne fin des connards proches d’Erdogan, espérant en finir avec la liberté de rêver d’un monde pas aux ordres et respectant ses diversités. Mais cela n’a jamais empêché les artistes de repartir de leurs racines pour voir le futur différemment. Comme ici, avec Gaye Sue Akyol.

aatokyo.jpg

Playlist | Et si vous appréciez nos goûts en musique, déroulez notre menu Culture, en haut à gauche de cette page, et sélectionnez “Mixes & Playlists”. Des dizaines d’heures de sons (souvent rares, toujours fouillés) vous attendent. C’est un peu L’Autre Radio.

sandybull.jpg

Musique | En tombant, par hasard, sur la liste des dix disques des 60’s de Hunter Thompson, sur le nom de Sandy Bull, je me suis de suite demandé pourquoi je ne connaissais pas ce musicien, et pour quelle raison il était aussi injustement oublié en 2019. Une découverte aussi improbable que miraculeuse.

matthew-porter-granite-wood-marks-2019_large.jpg

Art | Comme les images Dada devaient beaucoup à la découverte de l'art africain, celles de Matthew Porter s'inspirent des formes du Bauhaus pour revitaliser aussi bien rebuts qu'objets anciens.


lirelanuit.jpg

Un aperçu du n°4 de La Nuit, notre mensuel culturel, qui regarde dans ce numéro la peur en face en 152 pages pleines d’images, de musique et d’émotion.

Si vous désirez consulter un numéro complet de La Nuit gratuitement, il vous suffit de nous envoyer ce mail : nous vous enverrons une adresse URL et un mot de passe pour un numéro.

Les numéros précédents

L'Autre Quotidien