27 février 2019

Sur le principe du garde-manger solidaire, les moitiés de chariots fixées aux murs de  Monsieur BMX , street-artiste gardois, ont pour objectif de donner aux plus démunis.

Sur le principe du garde-manger solidaire, les moitiés de chariots fixées aux murs de Monsieur BMX, street-artiste gardois, ont pour objectif de donner aux plus démunis.

Politique

Actualité | Dernières nouvelles, écologie, revue de la presse en ligne - nos infos de choix en flux tendu. Photo : Boston, 1967, quand Kathrine Switzer donnait aux femmes le droit de participer au marathon (“Malgré son apparence et le fait qu'elle porte du maquillage, du rouge à lèvres et un serre-tête en plus de son short et d'un survêtement”), en dépit des tentatives de certains mâles de l’en empêcher en la sortant de force de la course. C’est drôle, il nous semble qu’en 2019, il arriverait la même chose à une coureuse musulmane qui aurait décidé de courir avec un foulard et un survêtement.

Une histoire vraie. Comme une courte mais intense giboulée, une trombe d'eau qui, paradoxalement, vous essore, vous sèche. Comme une sournoise déjection canine sur laquelle vous glissez, au risque de déraper, de flancher, peut-être de tomber. Parfois, le racisme vous tombe dessus, sans prévenir. Comme toujours. Un texte de nos ami.e.s Des nouvelles du front.

Ces dernières années ont vu une vraie levée de l’intelligence déconstruite contre les oppressions. On a appris à écouter la sensibilité des femmes en lutte contre le sexisme et le patriarcat. Celle des musulmans en butte au racisme d’état et de société. Celle des africains confrontés à l’horreur coloniale et raciale, au passé encore chaud de l’esclavage, au présent de l’exil criminalisé et meurtrier. On a appris à les laisser parler et à se mettre à leur place, on s’est déconstruits à leur perception, leur expérience du réel. En revanche on a du mal à écouter les juifs qui combattent l’antisémitisme et disent leur inquiétude d’un retour de sa propagation.

C'est connu, mais on ne le répétera jamais assez: la vérité est la première victime des guerres. Avec le Vénézuela, nous sommes servis. Et depuis des années. Des deux côtés, la propagande touche à l'hystérie. A tel point que plus personne ne semble, millions de spectateurs extérieurs du conflit compris, se soucier encore de ce qui serait vrai ou faux factuellement, sachant déjà à quel point tout cela est devenu accessoire, comme un arrière-plan de théâtre changeant à la guerre du Bien contre le Mal. Nous essayons de garder la tête froide en reportant ce qui nous parvient de ce conflit d'une importance qu'on aurait grand tort de vouloir minimiser. En sachant que tout le monde ne nous croira pas (de toute façon). Mais l'évidence, c'est qu'il serait bon que tout le monde garde un regard critique - et au minimum quelques distances - sur et avec tous les acteurs du conflit, et leurs intentions réelles. Parce que si nous n'avons, personnellement, aucun mal à ne pas voir Maduro comme le chevalier blanc dans cet affrontement, il nous semble que beaucoup ne demandent qu'à oublier qui sont Trump, Bolsonaro et Uribe, et de quoi ils sont capables.

Des dizaines de milliers d’Algériens sont sortis dans la rue de manière festive et pacifique ce vendredi 22 février à Alger et dans de nombreuses grandes villes du pays pour dire non au cinquième mandat du président Bouteflika. L’appel avait été lancé de manière anonyme sur les réseaux sociaux qui étaient jusque-là le principal foyer de protestation à la candidature d’un président qui n’a pas parlé à son peuple depuis 2013. Par Farid Yaker, président de l’association Planet DZ, membre de Mouwatana (citoyenneté), membre du Collectif Debout l’Algérie.

Cinquante ans après la prise de possession de la Nouvelle-Calédonie par la France, le pasteur protestant et ethnologue Maurice Leenhardt débarque en 1902 sur le Caillou. Le maire de Nouméa lui demande : « Que venez-vous faire ici ? Dans dix ans il n’y aura plus un seul Kanak ! » En effet d’une population estimée à environ 55 000 individus en 1853, il n’en reste que la moitié, 27 000 ! Et le pouvoir colonial escomptait que la question kanak « se règle d’elle-même », enfin pas vraiment sur fond de massacres, de maladies, de désespoirs. Et puis, finalement, les kanaks ont résisté et survécu. Et obtenu 43 pour cent de votes pour la souveraineté au dernier référendum. La suite ?

Je suis en train de lire une (assez mauvaise) biographie d’Aldous Huxley, en contrepoint des événements qui nous entourent. Une chose me frappe, qui revient sur toutes les lèvres de ceux qui l’ont connu : sa profonde “humanité”. C’est un mot qui nous paraît si désuet aujourd’hui que c’en est terrifiant.

 

Culture

ushio.jpg

Haïku + Maud Geffray + proverbe + Fernando Pessoa + William Klein + Ushio Shinohara

elsa.png

Photo | De Georges Perec à Michel Houellebecq existe un lien de la contamination des choses, de leur envahissement depuis les années 60, avec la lente désagrégation de la famille nucléaire. Ces effets historiquement contaminants sur la dépression du couple de la petite bourgeoisie sont au coeur des photographies d'Elsa & Johanna, où tout fait spectacle et œuvre dans une déréliction assumée. Exposition à Saint-Ouen jusqu’au 24 mars. Ne la ratez pas !

Monory.jpg

Livres | Ici ou là-bas”, de Jérôme Baccelli, est un surprenant vrai-faux roman d’espionnage autour des secrets de l’écrivain et diplomate Saint-John Perse pour éprouver les perspectives de la mondialisation heureuse, entre expatriations et exils.

gaye-su-akyol.jpg

Musique | Avant le futur Rio passé au détergent de Bolsonaro, Istanbul a été passée au peigne fin des connards proches d’Erdogan, espérant en finir avec la liberté de rêver d’un monde pas aux ordres et respectant ses diversités. Mais cela n’a jamais empêché les artistes de repartir de leurs racines pour voir le futur différemment. Comme ici, avec Gaye Sue Akyol.

aatokyo.jpg

Playlist | Et si vous appréciez nos goûts en musique, déroulez notre menu Culture, en haut à gauche de cette page, et sélectionnez “Mixes & Playlists”. Des dizaines d’heures de sons (souvent rares, toujours fouillés) vous attendent. C’est un peu L’Autre Radio.

FlorenceLazar_03 (1).jpg

Art | Florence Lazar est passée du portrait à la vidéo. Sans encombre, et avec un vrai bonheur. Celui-là même qu’on découvre au Jeu de Paume avec : Tu crois que la terre est chose morte... qui mêle photos et films avec un égal plaisir en posant une question d’une cruelle actualité : comment se fait-il que le discours politique a l’air plus vrai dans un musée ?

sandybull.jpg

Musique | En tombant, par hasard, sur la liste des dix disques des 60’s de Hunter Thompson, sur le nom de Sandy Bull, je me suis de suite demandé pourquoi je ne connaissais pas ce musicien, et pour quelle raison il était aussi injustement oublié en 2019. Une découverte aussi improbable que miraculeuse.

matthew-porter-granite-wood-marks-2019_large.jpg

Art | Comme les images Dada devaient beaucoup à la découverte de l'art africain, celles de Matthew Porter s'inspirent des formes du Bauhaus pour revitaliser aussi bien rebuts qu'objets anciens.


lirelanuit.jpg

Un aperçu du n°3 de La Nuit, notre mensuel culturel, qui vous emmène au Japon en 178 pages pleines d’images, de musique et d’émotion.

Si vous désirez consulter un numéro complet de La Nuit gratuitement, il vous suffit de nous envoyer ce mail : nous vous enverrons une adresse URL et un mot de passe pour un numéro.

Les numéros précédents

L'Autre Quotidien