18 février 2019

Politique

Actualité | Dernières nouvelles, écologie, revue de la presse en ligne - nos infos de choix en flux tendu et une cinquantaine de liens.

dieudonne-gilet-jaune.jpg

Édito | Une chose que j'aimerais dire (déjà dite ici cent fois, mais qui vaut d'être redite, mille fois, puisqu'elle nous sera dix mille fois resservie) : pour des raisons personnelles - triste à la vérité d'avoir à en venir à ce genre d'arguments, mais un classique du genre, - autant que simplement éthiques, évidentes, constitutives de tout notre combat pour la justice, l'antisémitisme nous trouvera toujours debout et prêt à nous battre à la vie et à la mort contre lui. Que cela se sache et se mesure bien.

Antisémitisme | Je suis descendue dans la rue avec les gilets jaunes tous les samedis ou presque. Mais si on veut pouvoir continuer à le dire et à battre le pavé, il faut être tranchant dans nos refus et nos affirmations. La lutte frontale contre l’antisémitisme a besoin, elle aussi, de tous les antifascistes. S’ils n’en sont pas persuadés, qu’ils explorent en eux s’il n’y a pas d’angle mort à déconstruire, histoire qu’on puisse continuer à avancer tous ensemble.

Antisémitisme | Plusieurs députés prévoient de proposer une résolution ou une proposition de loi afin que l'antisionisme - le fait d'être opposé à la création, l'existence ou l'extension (!) de l'État d'Israël - soit reconnu comme un délit, au même titre que l'antisémitisme, a indiqué le député LREM Sylvain Maillard, à France info, ce lundi 18 février. Ce n’est pas une bonne idée. Et pour beaucoup de juifs eux-mêmes, qui se déclarent anti-sionistes, c’est un coup porté à leur combat pour l’existence d’un état laïc, démocratique et binational.

Débat | Qui ne dit mot consent. Le silence des institutions artistiques et culturelles à l’endroit des gilets jaunes est assourdissant.

Débat | En temps de revendications aussi légitimes qu’assourdissantes dans les dérives contradictoires et (parfois) contraires aux ambitions émancipatrices de toute lutte sociale d’envergure, la création paraît plus que jamais constituer le miroir complexe et foisonnant d’une pensée de révolte contre les dominations et assignations iniques de sociétés inégalitaires. Pétri de ses propres contradictions, le monde de l’art contemporain, en matière économique, cristallise des inégalités tout aussi significatives qui rappellent la précarité de nombre de ses acteurs. Si peu d’entre eux sont prêts à se revêtir d’un gilet jaune, c’est plus certainement par doute de la multitude de symboles qu’il véhicule que par conformisme.

Cinéma | On a dit le mois dernier la faillite des médias devant le mouvement des gilets jaunes, le bleu éternel des plateaux TV prolongeant le bleu de la police, le pouvoir faisant peur aux médias et les médias faisant peur au pouvoir dans un jeu de miroirs complètement paranoïaque (« ils sont venus pour tuer ! »). La presse commence à se rendre compte, mais la télévision continue son rappel à l’ordre. Il était donc important d’aller voir le contrechamp : ceux qui vont filmer, non pour rapporter des images toutes faites, ou pour témoigner de manière spontanée, mais pour construire un montage, un discours, une mise en scène, une mémoire. Ceux qui travaillent en cinéastes.

Luttes | Comment rallier la lutte actuelle à celle des quartiers alors même qu'ils ont été stigmatisés, affichés comme éléments socialement perturbateurs, par une communauté bien pensante et blanche de préférence ? Et finalement pourquoi donc se rallieraient ils, après avoir été jetés en pâture au jugement populaire par le biais de la communication étatique, médiatique ou partisane ? C'est à cet égard que l’initiative de ce mercredi 13 Février 2019 était très importante et symboliquement essentielle, parce qu'elle était l'occasion de rassembler sur "le terrain" des gens qui ne se rencontrent pas habituellement, parfois cantonnés dans l'entre soi imposé par un système divisant et clivant.

Idées | Si nous devons faire avec un monde qui marche sur la tête, comme on nous le serine, ce n'est certes pas faute qu'il soit contesté. Chaque jour, sur tous les continents, des milliers de gens manifestent leur opposition à tous les pouvoirs en place, qu'ils soient économiques, politiques, sociaux ou culturels. Le monde bouge plus qu'on nous le dit. Il est impatient. Et de plus en plus rebelle aux pouvoirs. A ceux qui le lorgnent comme à ceux qui l'exercent. Il est à la recherche, à tous les niveaux, d'autonomie.

Livres | Un bonimenteur californien connu meurt et le monde entier est en deuil. On comprend le monde entier. Mieux qu’une lotion capillaire ou une pilule pour bander toujours, l’entrepreneur vendait des surfaces merveilleuses pour se débarrasser d’autrui, cette pluie sur notre chemin. C’était un puritain sans joie, un buveur d’eau, amateur de régimes stricts et de cilice mental, mais il avait une grande faim et le génie de sa faim. Il avait des colères fracassantes, des crises de larmes et un cancer du pancréas. Ses machines célibataires peuplent le monde mais il craint d’avoir raté sa sortie. Il revient mourir et nous haranguer.

Écologie | Kiruna, mine mythique, ville mythique : depuis la fin du XIXème siècle et encore aujourd’hui, l’une des plus grandes mines de fer au monde, d’abord à ciel ouvert, puis souterraine depuis 1965, fleuron de la fort renommée industrie sidérurgique suédoise, désormais théâtre de la plus importante opération de transplantation urbaine jamais conçue par l’homme, visant à déplacer et reconstruire les logements de 20 000 habitants, menacés à plus ou moins brève échéance d’effondrement au-dessus du gruyère qu’est devenue le sol rongé par l’intense exploitation plus que centenaire opérée par LKAB, la société dédiée à la mine, nationalisée depuis 1950.

Planète | « De juillet 2015 à mai 2016, nous avons enquêté sur les méthodes criminelles de 51 individus impliqués dans le commerce d’espèces sauvages et il est apparu que les réseaux sociaux étaient des canaux particulièrement prisés pour écouler de tels produits, puisque 61 % des trafiquants se servaient de Facebook ou de WeChat pour commercer illégalement », peut-on lire dans le rapport qu’une équipe d’enquêteurs de la Wildlife Justice Commission a rédigé en 2017.

 

Culture

wolf.jpg

Haïku + Öona Dahl + proverbe + Noam Chomsky + Sandrine Elberg

Dimaggio Joseph BL-462.46_Bat_NBL_Conlon_0.jpg

Livres | Jerome Charyn s'est attaché à l'amoureux éconduit de Marilyn Monroe. Mariée neuf mois au héros du baseball, elle quitta Joe DiMaggio pour Arthur Miller, mais fit appel à lui à chaque crise existentielle qu'elle traversa. Enquête avec un style inimitable et une chute magnifique.

abas.png

Art | Il ne faut jamais croire que la peinture est dépassée. Elle est ici-même capable d’interpeller et d’offrir un questionnement sur le quotidien. De biais, bien sûr, mais sans cela, elle serait déjà datée. Ce qui n’est pas le cas présent !

E.M+Tenderfoot+MDSZ+web.jpg

Art | “Mon duo fictif est déterminé à voler le monde pour son propre bénéfice. Deux hommes blancs, inconscients des conséquences, parcourent la planète et engloutissent tout ce qu’ils veulent. Nous les retrouvons vêtus de noir et blanc à la manière de prisonniers et rappelant la peinture abstraite du XXe siècle, en pleines frasques en train de piquer des peintures à tort et à travers, détourner des dirigeables, s’esquiver avec des fleurs rares ou se servir d’une trappe pour trimbaler des objets de l’est à l’ouest. Ils s’en moquent et s’efforcent d’atteindre leurs objectifs. Ils travaillent dur, mais ne se posent pas de questions quant à l’impact de leurs choix.”

AntiQ.jpg

Musique | Comme certains affectionnent les balades, Csaba Palotaï compose des promenades. Décidément la scène hongroise recèle de musiciens passionnants, réaction logique face à un gouvernement hyper-réactionnaire. Il ne suffit pas de clamer la révolution, il faut surtout l'incarner dans son quotidien, dans le collectif et dans sa tête. Le son du trio de Csaba Palotaï est celui d'un ensemble, d'un "tous ensemble" salutaire.

CM1.jpg

Livres | Il existait le bildungsroman, le roman de formation, illustré par Dickens, Fielding, mais aussi Flaubert, et Vallès, pour n’en citer que les plus fondateurs et novateurs. Jason Hrivnak aurait-il inventé un autre genre : le roman de déformation ? C’est ce qu’on vous invite à découvrir ce mois-ci avec la parution du Chant de la mutilation, de Jason Hrivnak, aux éditions de l’Ogre, quelques années après le troublant La maison des épreuves, paru chez le même éditeur.

X4.jpg

Livres | Alors que les capsules de temps, sous leur forme originelle et principale de collection volontairement enfouie de témoignages divers, à destination de générations futures, sont devenues en un siècle l’équivalent ou presque d’un lieu commun de la pratique collective, scolaire – par le biais de travaux dirigés – ou populaire – par le biais de séries à succès -, Xavier Boissel nous invite avec un brio étourdissant à en interroger en profondeur la signification avouée ou inconsciente, et surtout à en explorer les frontières conceptuelles, questionnant la signification secrète des capsules de temps involontaires que peuvent être tant de productions techniques ou intellectuelles, de nos jours comme il y a fort longtemps.

kft.jpg

Livres | Comme avant lui Svetlana Alexieivitch dans « La fin de l’homme rouge », Nicolas Offenstadt met en lumière dans cet essai paru en 2018 chez Stock les paradoxes du ressenti des citoyens est-allemands envers la RDA, combinant les regrets envers la protection sociale (droit à l’emploi, accès gratuit à l’éducation et aux soins…), la nostalgie de l’utopie et les espoirs qui ont succédé à la période dramatique du nazisme, malgré la dictature du parti, le manque de liberté politique et les pénuries récurrentes, les citoyens affirmant « regretter la RDA non telle qu’elle était mais telle qu’elle aurait dû être ».

EB2.jpg

Photo | Si Derek Munn nous montre sans ambiguïté que les clichés de « The English at Home », du très grand photographe Bill Brandt, sont bien politiques sous leurs airs anodins, il ne se contente pas de cela, et dévoile, en une langue sachant garder sa part à élucider, les résonances intimes qu’appellent ces visages enfantins dont on peut imaginer les joies, les contraintes, les échappées belles ou les enfermements potentiels.

STRN05.jpg

Entretien | Jean-Pierre Simard a interrogé les animateurs de La Souterraine pour savoir où va la France qui chante en secret : “La musique qui nous intéresse n’est pas chantée en anglais - la langue ultra-majoritaire dans la pop globale. Comme nous sommes en France, elle est largement chantée en français, mais pas uniquement (l’arabe, l’occitan, l’italien, l’allemand, bientôt le roumain). Elle est aussi hybride, en ce sens où elle est une proposition originale, qui mêle plusieurs styles qui ne se touchent habituellement pas.”

canard.jpg

Musique | Avec de la cumbia et de la choucroute, tout est possible !


lirelanuit.jpg

Un aperçu du n°3 de La Nuit, notre mensuel culturel, qui vous emmène au Japon en 178 pages pleines d’images, de musique et d’émotion.

Si vous désirez consulter un numéro complet de La Nuit gratuitement, il vous suffit de nous envoyer ce mail : nous vous enverrons une adresse URL et un mot de passe pour un numéro.

Nom *
Nom

Les numéros précédents

L'Autre Quotidien