15 janvier 2019

IL FAUT ARRACHER LA JOIE AUX JOURS À VENIR.
— Vladimir Maiakovski

Politique

open+arms.jpg

Le fil d’info alternatif

Notre sélection d’informations en flux tendu sur les luttes sociales, l’écologie et les dernières publications de nos sites préférés.

L’extrême droite réactionnaire, autoritaire et/ ou fasciste gouverne déjà la moitié des pays du monde. La caractérisation comme fasciste ou semi-fasciste peut s’appliquer à certains, mais pas à tous. Enzo Traverso utilise le terme de “post-fascisme”, qui peut être utile, en désignant à la fois une continuité et une différence.

D’abord invisible pour les grands médias, qui continuaient à opposer un journalisme présumé objectif à un système d’information autonome du mouvement via Facebook, ce déplacement d’une part grandissante du public, qui s’est progressivement détaché d’un récit de moins en moins crédible, au profit d’une information alternative “bricolée” avec les moyens du bord mais plus satisfaisante dans sa restitution du réel, a fini par alerter les acteurs de l’information eux-mêmes, comme le suggère une réunion du CSA du 10 janvier, qui a constitué un tournant dans le traitement des Gilets jaunes.

Salvini ne s’en cache pas : l’arrestation en Bolivie de Cesare Battisti n’est qu’un début. Il compte demander dans les jours qui viennent au gouvernement français l’arrestation et l’extradition de trente militants autonomes italiens à qui François Mitterrand avait accordé l’asile politique. «Il s'agit d'héberger ceux qui ont rompu avec la machine infernale, le proclament et ont abordé une seconde phase de leur vie», expliquait, en 1985, le président socialiste à la Ligue des droits de l'homme. On n’a donc pas fini d’entendre parler de cette histoire.

Attention quand on parle d’exportation du mouvement des gilets jaunes ailleurs dans le monde ! Il s’agit le plus souvent de l’exploitation de la trouvaille géniale du port du gilet comme marqueur au service des pires causes politiques. Comme au Portugal, où une manifestation convoquée à Lisbonne par une organisation fascisante s’est heureusement conclue par un échec retentissant.

Finalement, la colère est la seule attitude saine de ces jours – avec le désir (qui est l’autre versant). On s’abat contre les corps pour chercher ce qu’on ignore de soi, et qu’on trouve sur la peau. La surface de soi-même, c’est tout ce qu’on possède pour opposer aux coups de matraques. On l’offre aussi aux lèvres.

Avec quels mots exacts dire comment des êtres vivent, sur des terres-pleins et des carrefours, dans les immondices, sur des bouts d'espaces des bretelles du périphérique - littéralement des hommes-déchets produits par Dublin III ? Il manque un nouveau vocabulaire, qui dise la violence, l'inanité, la stupidité et les effets désastreux de politiques migratoires à courte vue.

Nous sommes plus de 6.000 quilombos (territoires libres où vivaient les esclaves africains ayant fui les plantations) au Brésil dont plus de la moitié sont reconnus (certifiés ou titrés) par le gouvernement brésilien. Nous sommes 16 millions de Quilombolas dans 24 états de la Fédération et nous exigeons le respect de notre histoire, de nos ancêtres et de nos territoires, que le gouvernement de Bolsonaro veut donner à l’agro-industrie.

Au Burkina Faso, pays comptant 10 millions de vaches pour près de 17 millions d’habitants, la production laitière locale est désarmée devant l’arrivée sur le marché de tonnes de lait en poudre européen à moitié prix du lait vendu par les coopératives locales. C’est le résultat de la suppression des quotas laitiers voulue par la Commission européenne. Une surproduction programmée qui réussit le tour de force de ruiner à la fois les petits éleveurs européens et les éleveurs peuls du Burkina Faso.

Culture

heather.jpg

Avec haïku, proverbe, vidéo etc. Bonne journée à tous, et spécialement à ceux pour qui elle s'annonce dure !

allsaints.jpg

Musique | Le silence va plus vite à reculons.

magic.jpg

Livres | Que ceux qui n’aiment pas les livres dérangeants passent leur chemin, car celui-ci en est un. Comme le rappelait récemment (et avec sa ruse coutumière) le grand Iain Sinclair dans son « Quitter Londres », Angela Carter demeure aujourd’hui l’une des plus fascinantes romancières de la deuxième moitié du vingtième siècle.

Blondie_16064.jpg

Musique | En 1975, à San Francisco, un bassiste, un batteur et un guitariste fondent les Nerves. Dans l'ordre, le bassiste, c'est Peter Case, qui fondera plus tard les Plimsouls; le batteur, c’est Paul Collins, du Paul Collins Beat; et le guitariste, c'est Jack Lee, qui va écrire Hanging on the Telephone, et récolter les royalties, quand Blondie en fera un tube durable. Itinéraire d’un oublié à tort de plus.

hippo.jpg

Art | Hippolyte Hentgen tente la réunion des images reproduites et la répétition imparfaite et variable du trait dessiné à la main. Pour cela, tout est bon, de la récupération d'images au détournement de dessin animé. C'est joyeux et malin, et ça fait réfléchir sur la destinée des images et leur usage actuel. Explications.

3.jpg

Cinéma | Joie de ce film : de poser à la fois la cruauté et sa vanité, sans que l’une efface l’autre. Musique forte et inajustée au propos : c’est que le tenancier du café aime la musique classique occidentale, la plus éculée et épuisée (Schubert, Wagner, Offenbach…). Mais les crescendo dramatiques de la musique ne correspondent jamais à ce qui se dit ; et inversement : il n’y a pas de bande-son de la vie qui l’illustre. Seulement des malentendus entre lesquels on fraie, cherche les signes secrets, les espère : et pour cela on les invente.

Bac1.jpg

Livres | « Nous avons tout ouvert. Nous avons tout relié. » Avec ces « Bacchantes » publiées chez Rivages en janvier, Céline Minard propose en première intention de s’attaquer au film de casse, en pose les codes sur la table, répand aussitôt le doute et le désarroi, et finit bien entendu par nous offrir quelque chose de bien différent, à nouveau.

queen.jpg

Livres | Le rock – et tout particulièrement le lien dynamique et mystérieux qu’il entretient avec la littérature – occupe une place centrale dans l’écriture d’Olivier Martinelli, depuis toujours ou presque. Un roman comme une alchimie toujours mystérieuse et sauvage.

AR2.jpg

Livres | Après « Révolutions » (#1), « Personne » (#2) et « Point » (#3), voici qu’arrive, tout vibrant en ce mois de janvier 2019, le quatrième numéro de la revue de création littéraire Artichaut, placé cette fois sous le signe des « Arcanes ».


lirelanuit.jpg

Un aperçu du n°3 de La Nuit, notre mensuel culturel, qui vous emmène au Japon en 178 pages pleines d’images, de musique et d’émotion.

Si vous désirez consulter un numéro complet de La Nuit gratuitement, il vous suffit de nous envoyer ce mail : nous vous enverrons une adresse URL et un mot de passe pour un numéro.

Nom *
Nom

Les numéros précédents

L'Autre Quotidien