Lee Perry se rebranche Inna Dub Style sur Rainford

A 83 ans, Lee Perry délivre toujours annuellement son album. Vaille que vaille. Des fois, c’est triste, d’autre - comme ici- on oublie tout pour se laisser porter par les délires d’un des inventeurs du dub qui, entre Afrique, Brésil et banlieue londonienne signe chez On-U-Sound, le label d’Adrian Sherwood, son superbe Rainford. Grand disque !

LP1 .jpg

Comme le Daïquiri, le Lee Perry se sert frappé, givré même - ou rien ! Et là, c’est clair, le cinq feuilles a tourné féroce en studio - tournée générale renouvelée dès la première écoute… De tout temps, et depuis plus de 60 ans, Perry fait des miracles avec de simples bouts de ficelles et des idées géniales de production. Demandez à Max Romeo ou Bob Marley de quoi le pionnier du Black Ark studio était capable d’inventer dès le début des années 60 du siècle dernier pour formuler les évolutions de la musique jamaïcaine, du ska au reggae roots, en le tirant vers le dub le plus délirant : les découvertes allant du ska de Night Doctor au sensationnel Chasin the Devil , sans oublier la première version du Put it On des Wailers. Fort de tout cela, Perry collaborera ensuite aussi bien avec Keith Richards que David Lynch, mais aussi The Clash ou The Beastie Boys avant de faire découvrir The Congos à la terre entière.

Du côté du précurseur anglais Adrian Sherwood, à la tête du label On-U Sound créé aux débuts des années 80, en taillant sa route dans l’incompréhension totale des média de l’époque ; le producteur, compositeur, ingénieur du son et super DJ, n’a jamais rien lâché et à force de créativité et de passion se trouve aujourd’hui à l’épicentre d’une culture underground qu’il a mis en avant grâce à un travail de forçat et une idée de la musique toujours en avance. Sherwood, l’éclectique a œuvré aussi bien pour Dépêche Mode, Nine Inch Nails que Blur… tout en sortant des compilations qui ont fait redécouvrir l’histoire du dub

Les deux se sont croisés au milieu des 80’s par l’intermédiaire de Steve Barker, alors animateur radio, Leur collaboration donnera lieu à la sortie de deux albums essentiels à l’Histoire du Dub :Time Bomb X De Devil Dead »en 1987 et « From The Secret Laboratory » en 1990…

Fruit de deux ans de sessions, l’album tire son titre du nom patronymique de Perry ( Rainford Hugh Perry) et délivre leur identité croisée comme une relecture thématique de l’histoire envisagée rasta, du haut des collines de Kingston : Babylone n’a pas fini de trembler sous les coups des Chevaliers de l’Apocalypse que représentent la superbe pochette - et tranquilles dans leurs sneakers, Perry et Sherwood offrent un nouveau chapitre à l’histoire du dub, avec African Starship, son rythme downtempo, la voix rauque et profonde de Lee Scratch, une flûte envoutante, sur des effets aussi spéciaux que spatiaux. Must, must !!!

Chaque titre arbore sa particularité faisant ressembler Rainford à un catalogue de prod dub, le génie en plus. De la guitare wah-wah de Cricket On The Moon, au violoncelle gothique de Let It Rain en passant par les cuivres de Makumba Rock, l’univers est bien là, quadrillé à fond (de console) par des musiciens croisés lors de différentes tournées de Lee Perry du côté de la Jamaïque, du Brésil et de Londres. L’apothéose se trouve sur la neuvième plage, l’Autobiography Of The Upsetter sur laquelle Perry enfin raconte sa vie : de son enfance dans une plantation jamaïcaine coloniale des années 30 à son actuel statut de superstar.

Pas de meilleure image pour conclure que celle d’Alice au pays des merveilles, regardant stupéfaite la chenille fumer le hookah et les volutes aussi odorantes que colorées se métamorphoser pour révéler d’autres univers en une nouvelle fractale dub, en quelque sorte. Et des plus merveilleuses ; qui plus est ! Grand disque!

Jean-Pierre Simard le 21/06/19

Lee Scratch Perry - Rainford - On-U Sound Records

Rainford (1).jpg