Venez passer l'été en Limousine, un projet musical où les parallèles se rejoignent (et c'est rare) !

La virtuosité dans la simplicité ou le parcours tranquille du groupe Limousine qui va Pullman son bonhomme de chemin, au gré de l’inspiration et de ses propres mélodies mécaniques, mais pas que… Bienvenue dans l’Été suivant, un décroché du monde sans heurt ni trop de tracas. Musique !

LIMOUSINE-Ouverture-©-Ben-Pi-579x390.jpg

Résumé de parcours : Limousine est un projet parallèle mais essentiel pour les musiciens qui y participent. C'est une récréation, un groupe sans chanteur, qui avec les années s'est transformée en un rituel pour ces quatre garçons formés au jazz, dérivant depuis vers de bien différents rivages, et qui suivent des carrières variées – au sein de formations bien connues et auprès d'artistes réputés (Poni Hoax, Jeanne Added, Thomas de Pourquery, Joakim). 

David Aknin (batterie)Laurent Bardainne (saxophone, claviers)Maxime Delpierre (guitare) et Frédéric Soulard (claviers) se sont réunis autour d'une envie commune, il y a environ quinze ans ; celle de jouer ailleurs que dans les repaires des musiques radicales et improvisées. L’envie aussi de se divertir en interprétant librement des standards jazz et pop – ou des compositions qui y ressemblent – de préférence assis sur scène, et en costumes. L'idée s'est matérialisée par un premier album en 2005 sorti sur le label Chief Inspector.

On pourrait leur susurrer qu’engager Jonathan Bree comme chanteur serait un petit plus, tant il y a une vraie proximité nonchalante entre les formations, mais chacun se débrouillant royalement sans l’autre, cela ferait un peu trop. Mais le You’re so cool du susdit a des airs de famille, ce faisant… Pour parler d’autre proximité, on sortira quelques noms comme Calexico et le son de poussière venteuse qui colle aux chansons, ou bien encore - et pour déconner - Senor Coconut qui file lui aussi sur l’Autoroute (vocale) de Kraftwerk, en version conjunto. Et c’est là que Limousine est très fort, à évoquer sans vraiment citer, ou alors du bout des instruments - des ambiances à la Gabor Szabo ou JJ Cale, guitare devant et cuivres à la portière… 

L’été suivant… est le quatrième album de Limousine après Siam Roads en 2014, déjà publié chez Ekler’O’Shock. Et, si ce précédent projet tournait autour d'un voyage en Thaïlande, d'une rencontre initiatique avec un musicien traditionnel de la région du Isaan, ce nouveau disque ne suit aucune route si ce n'est celles de la nonchalance et de l’égarement voulu et provoqué- estival l’égarement, comme il se doit. Issu d'une méthode de travail simple : le quartet s'est réuni ces trois derniers étés, entre la fin juillet et le début août, dans un studio d’enregistrement du 18e arrondissement, à profiter de l’instant de suspension où la capitale se vide pour quelques jours, offrant à ses promeneurs d’alors un temps de vacuité et de sensation de laisser-aller/laisser-faire qui colle au soleil et au goudron pour se dire que : putain de ville, c’est cool d’y être presque seul, un moment … Un moment propre à la licence et à la poésie, de ceux qu’on peut goûter au soleil à Ground Control, en ville mais loin. En ville, mais sans le bruit citadin, éloigné de presque tout sauf des plaisirs à dévider et partager ensemble. Et c’est cela l’effet Limousine, un bruit bizarre qui surgit au coin de la rue du Charolais et qui se transforme en une petite musique de vie pour se développer cool et finir dans un murmure à passer à autre chose, sans fracas ni bruit superflu. Ici on rêve, là on décolle , ailleurs on esquisse des paysages sur le bord d’un verre à cocktail, en rêvant piscine ou lac ou mer … Ailleurs donc, mais en souplesse et en profondeur. Limousine, c’est ce soir, au Café de la Danse. Sortez vos Ray Ban et vos serviettes de plage. Massage musical soft garanti. Et, que vous préfériez secrètement le groupe en version jazz, pop, ou easy listening, chacun sera servi.

Jean-Pierre Simard le 21/05/19

Limousine - l’Eté suivant … - Ekler’O’Shock

l'EteÃÅ suivant.jpg