9 avril, anniversaire de Baudelaire, et toujours pas de nouvelles du poète syrien Nasser Saber Bondek, arrêté le 7 février 2014

Le 9 avril, c'est l'anniversaire de Baudelaire. Et Baudelaire, ça reste quand même l'archétype du poète ignoré par ses contemporains, incompris par sa famille, allié des révolutionnaires en 1848 et amoureux fou d'une métisse, cerné par les dettes et affaibli par la drogue et les maladies qui causeront sa mort, à 46 ans. C'est beaucoup de malheurs pour un seul homme, et beaucoup de poèmes fabuleux à l'intérieur d'une existence météore.

Le poète Nasser Saber Bondek a été arrêté par les services de sécurité syriens en 2014, le 7 février, dans la banlieue de Damas où il vivait avec sa femme, Farizah Jahjah et leurs enfants. Nasser est toujours officiellement en prison mais à vrai dire, personne n'a d'autre information sur le sort qui lui est fait. Seul témoignage, celui d'une ancienne détenue, Jihan Amin, affirmant avoir vu Nasser Bondek peu de temps après son arrestation, dans les locaux de la branche 227 du ministère du Renseignement à Damas.

L'épouse de Nasser est une militante politique pacifique. Courageuse, elle avait pris part aux premières manifestations de la révolution syrienne, à Damas. Puis, sous la menace, elle avait fui la Syrie avec leurs enfants de peur d’être appréhendée par les autorités, peu de temps avant que son mari ne soit arrêté. En passant par le Liban puis l'Egypte, elle avait pu trouver refuge dans l'est de la France.

Hala Mohammad a lu les poèmes de Nasser Bondek en novembre 2015, dans une salle de la Goutte d'or, à Paris. Elle continue de rappeler son nom et son histoire chaque fois qu'elle en a l'occasion, et c'est primordial d'empêcher qu'il ne tombe dans l'oubli. C'est aussi grâce à Hala que j'ai pu connaître l'histoire de Nasser et ce matin, pour l'anniversaire de Baudelaire, j'ai décidé de la raconter à mon tour. Pour empêcher l'oubli. Je n'ai pas de poème de Nasser Bondek à partager ici. Je vais chercher, promis juré. En attendant, je recopie ce poème de Baudelaire qui raconte l'enfermement de Torquato Tasso, un autre poète emprisonné. C'était dans l'Italie du XVIe siècle, dans le cachot d'un asile d'aliénés mais dans la Syrie du XXIe siècle, ce sont les aliénés qui gouvernent et massacrent.

Nasser Saber Bondek

Nasser Saber Bondek

Sur Le Tasse en prison

Le poète au cachot, débraillé, maladif,
Roulant un manuscrit sous son pied convulsif,
Mesure d'un regard que la terreur enflamme
L'escalier de vertige où s'abîme son âme.

Les rires enivrants dont s'emplit la prison
Vers l'étrange et l'absurde invitent sa raison ;
Le Doute l'environne, et la Peur ridicule,
Hideuse et multiforme, autour de lui circule.

Ce génie enfermé dans un taudis malsain,
Ces grimaces, ces cris, ces spectres dont l'essaim
Tourbillonne, ameuté derrière son oreille,

Ce rêveur que l'horreur de son logis réveille,
Voilà bien ton emblème, Âme aux songes obscurs,
Que le Réel étouffe entre ses quatre murs !

Charles Baudelaire, 
pour Nasser Saber Bondek en prison à Damas.

Tieri Briet, le 9 avril 2019


Né en 1964 dans une cité de Savigny-sur-Orge où il a grandi à l'ombre d'une piscine municipale, Tieri Briet vit aujourd'hui au fond de la Camargue, avec une famille rom de Roumanie dont il partage la vie et le travail. Il a longtemps été peintre avant d'exercer divers métiers d'intermittent dans le cinéma et de fonder une petite maison d'édition de livres pour enfants. Devenu voyageur-ferrailleur pour pouvoir écrire à plein temps, il est aussi l'auteur d'un récit sur les sans-papiers à travers les frontières, « Primitifs en position d'entraver », aux éditions de l'Amourier, de livres pour enfants et d'un roman où il raconte la vie de Musine Kokalari, une écrivaine incarcérée à vie dans l'Albanie communiste, aux éditions du Rouergue. Il écrit pour la Revue des ressources, Ballast et L'Autre Quotidien en continuant d'explorer la Bosnie, le Kosovo et l'Albanie pour rédiger son prochain livre, « En cherchant refuge nous n'avons traversé que l'exil ».

Blog perso : Un cahier rouge