Obiaa! (tout le monde) aime Pat Thomas

PAT-THOMAS-COMING-HOME.jpg

Pat Thomas assure une longévité de carrière sans égal, sauf peut-être du côté de son rival de toujours Ebo Taylor qui, comme lui, en est à 50 ans de carrière. Et son dernier album, sorti il y a peu, confirme le retour en grâce annoncé avec l’album de 2015 et le même groupe, son Kwashibu Area Band. Le nouvel envoi est un pur bonheur de highlife : Obiaa!

Tirée des rythmes indigènes de la musique akan et, incorporant des instruments occidentaux tels que des guitares électriques et des cuivres, avant d'être jouée dans les années 20 lors de rencontres réservées à la haute classe coloniale (d'où le nom de la musique) Highlife, le genre fusionne aujourd’hui les motifs rap américains et demeure à la fois le genre musical le plus populaire du Ghana tout en manifestant une constante mutation. L'un de ses plus grands représentants vivants, Pat Thomas, demeure l'un de ses zélateurs les plus fidèles.

Après avoir fait carrière en Angleterre, en Allemagne et au Canada, le septuagénaire a retrouvé ses racines. Il vit désormais à Accra. Mais, c’est à Berlin qu’il a enregistré son nouvel album, produit par Kwame Yeboah et Ben Abarbanel-Wolff. Combinant reprises et compositions originales, Obiaa ! est une délicieuse invitation à chalouper des hanches et à déguster sans limite le ravissement que procurent ces 9 titres. 

Surnommé - à juste titre - "la voix d'or de l'Afrique", Thomas joue de sa voix de ténor mielleux sur des titres highlife depuis 50 ans - un exploit qui n'a d'égal que son homologue Ebo Taylor. Les deux hommes ont récemment effectué des retours qui ont relancé leur carrière : Taylor a sorti l'excellent Appia Kwa Bridge en 2012 et Thomas a fait un album avec le Kwashibu Area Band en 2015. Après la tournée mondiale en support à l’album et l'acquisition d'une base de fans plus jeune et mondialisée, la deuxième sortie sur le label Strut de Thomas avec son groupe s'appelle Obiaa ! (tout le monde). Et on y retrouve des raison de danser… 

Avec Obiaa!, on entre de plain pied dans un univers aussi joyeux que dansant où l’on peut découvrir les conseils de Tomas pour vivre aujourd’hui : des dangers de la "frime sur les médias sociaux" sur Onfa Nkosi Hwee, aux mérites de la "patience dans la vie" sur Ntobuase ; tout cela délivré avec un optimisme inébranlable, la "voix en or" de Thomas, toujours aussi éclatante et lumineuse .

Et tout cela se joue selon les règles en vigueur : le chef d'orchestre Kwame Yeboah gardant la section rythmique collée à ses motifs percussifs, en relation les motif de guitare étincelants de Kweku Mensah et Kwesi Yeboah qui sont l’autre constante du genre. La suite d'ouverture d'Onfa Nkosi Hwee, Yamona et Bubu rejoue les plans dansants du highlife, avec la section des cuivres fournissant des éclats de contrepoint harmonique, tandis que des titres décalés comme Obinim et Odo Ankasa permettent à la voix de Thomas de dominer le jeu. Un album entre tradition et musique actuelle qui perpétue l’esprit d'une musique encore vivante et défendue par ceux qui ont passé leur vie à perfectionner son art singulier.

Jean-Pierre Simard le 8/10/19
Pat Thomas & Kwashibu Area Band - Obiaa ! - Strut Records/Differ-Ant

Obiia! cover.jpg.jpg