Roger Ballen en grand interview chez Saint-Pierre…

En bas, tout un jeu d’installations renvoie à une mise en scène de votre inconscient dans des tableaux en volume qui semblent figés, mais qui, intrinsèquement se mettent en mouvement comme dans un rêve, un cauchemar de sorte que le visiteur perçoit assez vite qu’il est en relation avec une production tendue en miroir à ses peurs, ses résistances, ses phobies propres, à cet univers décalé, mais pas seulement….

Installation/exposition  Roger Ballen

Installation/exposition Roger Ballen

C’est là que les choses vont de travers en art, nous n’entendons plus le mot poésie, nous n'échafaudons pas de philosophie.
Roger Ballen

Tout s’articule à travers une pénombre de cinéma, un peu de la tension qui prévaut aux films noirs, à Hitchcock, – Psychose pour nommer un point d’ancrage et ici, en haut votre travail plus photographique dans une composante nettement “Ballenesque” faite de références à toute un réalité psychologique, très directement, un peu comme l’Art Brut dont vous récupérer les codes, dit-on, sans en être vraiment, un peu comme votre clone parait “surveiller” ces installations au premier étage.

D’un point de vue stylistique… les photographies exposées témoignent d’une énergie, d’une vitalité où s’effacent les repaires et où se superposent les questions, dans une tension qui met mal à l’aise, qui dérange, qui effracte et qui, pourtant rend compte de ce Malaise dans la civilisation dont parle Freud et que vous approchez dans votre quotidien en Afrique du Sud où vous vivez la plupart du temps.

Est ce dire qu’une instance documentaire traverse tout de même votre production, qui est de fait composite entre les objets au rebus, les dessins et peintures, les poupées et les chiffons, les animaux empaillés, bref tous les matériaux qui servent à l’étage inférieur à vos installations, pour nourrir cette photographie là, particulière et arrêtée sur elle même, dans un constat ouvert aux problématiques citées plus haut. Votre approche de la normalité, de la photographie, un théâtre d’ombres où se profile tout un univers assez large et très personnel, inspiré de Beckett, du théâtre de l’absurde, qui semble être votre grande référence, s’égraine ici dans une très large proportion.

Cette exposition plonge inévitablement le « spectateur » celui qui regarde dans un climat où le bizarre, l’inquiétante étrangeté, l’absurde, l’anormalité s’imposent assez largement pour questionner celui-ci.

© Roger Ballen  Broken-Hearted -2016

© Roger Ballen Broken-Hearted-2016

Pascal Therme : Dans cette prolifération d’ œuvres dont la tendance est un envahissement de tout l’espace d’exposition, combien de pièces cette salle assemble t-elle  et quelle importance cela requiert-il pour vous ?

Roger BallenÀ l’étage, nous disposons d’environ 90 photos, de plusieurs installations et de plusieurs dessins. Il s’agit donc d’une exposition assez vaste à l’étage en relation avec les installations situées au rez-de-chaussée.

Pascal Therme : A la Halle St Pierre donc dans le joli quartier de Montmartre, quel est votre lien privilégié avec cet endroit?

RB Eh bien je m’intéresse à cet endroit depuis de nombreuses années. Je viens ici depuis 10 ans. C’est l’un de mes musées préférés à Paris. Parce qu’il s’agit d’un musée, d’art authentique ou de véritable art psychologique. Ce n’est pas un art de la mode, un art du contemporain. C’est un art qui a une valeur durable et une qualité humaine, en partie un art du subconscient. Peut-être un musée de l’expression subconsciente, ce type de travail et d’œuvres exposées au fil des ans m’a toujours séduit.

P.T. : Oui, quel est votre lien privilégié avec l’Art Brut car c’est l’un des lieux parisiens dédiés à l’art brut et je pense qu’en partie votre travail comporte ce type d’expression directe, vous projetez votre inconscient sur plusieurs supports.

R.B - Oh, vous savez, le concept « outsider » d’Art Brut se résume à quelques concepts centraux:
1- Il traite avec des personnes et des lieux qui sont en dehors du monde de l’art commercial
2- Il traite des personnes, des lieux et des expressions. Il y a une sorte d’expression subconsciente qui n’est pas nécessairement impliquée dans les problèmes contemporains.
3- Il s’agit de lieux extérieurs, que la personne normale ne fréquente pas ou ne veut pas fréquenter. C’est donc un endroit à la périphérie et c’est un endroit que les gens font psychologiquement de leur mieux pour éviter. La plupart des gens veulent essayer de trouver ou de s’associer à cette norme de la soi-disant normalité et ils deviennent très anxieux lorsqu’ils doivent s’occuper d’un lieu différent où se projettent les formes directes du subconscient.

D’une certaine manière, c’est ce que je fais depuis longtemps, des décennies et des décennies. C’est l’expression de l’esprit intérieur d’une manière ou d’une autre, qui est associée au type d’art que les artistes d’Art Brut ont tendance à faire.
Vous savez que le mot Artistes de l’ Art Brut couvre un grand nombre de types de personnes. Ce sont des œuvres directes aussi bien, de l’art fait par des enfants , des personnes qui vivent en hôpital psychiatrique, qui sont en prison, ou isolées, des expressions de sociétés primitives. C’est de fait assez large… un mot qui a de nombreuses associations.

Je pense simplement que c’est une forme d’expression qui n’est pas nécessairement liée au monde contemporain tel que nous sommes censés le vivre et l’habiter.

PT. il y a un critique politique de ce monde, ce sens de la réalité, ce qui est supposé être réel ou irréel? Et dans quel sens votre travail typique fait-il une différence entre toutes ces références, où se situe-t-il exactement?

RB - Eh bien, il remet en cause le statu quo de l’esprit. Et si vous défiez le statu quo de l’esprit, vous remettez en quelque sorte en question le statu quo de la société. Et à moins que le statu quo de l’esprit ne soit remis en question et transformé d’une certaine manière, il n’y aura pas d’avancement politique. C’est le problème de l’histoire humaine. Il ne s’agit pas nécessairement des gouvernements. Les gens sont généralement responsables de leur gouvernement dans leurs pays. Les gens dans une société sont en partie responsables de ce pouvoir … Jusqu’à ce qu’il y ait une révolution psychologique globale où le conscient et l’inconscient, où le refoulé et le soi-disant esprit conscient ou normal se rencontrent d’une manière intégrée, organique . On ne peut pas s’attendre à trop de changements dans la société au cours des temps à venir. Il faut donc une révolution psychologique, un effondrement de l’état de répression des individus.

© Roger Ballen  Altercation -2012

© Roger Ballen Altercation-2012

PT – Comment vous viennent les images, comment se font elles, quel est votre processus de production?

RB – Je fais des photos depuis plus de 50 ans maintenant, mais lorsque je sors et que je prends des photos, je n’ai aucune idée en particulier. Je ne planifie pas mes photos, je ne sais pas ce qui va se passer pendant la journée, je ne sais pas ce que je vais utiliser ou je ne sais vraiment pas qui je vais rencontrer. Alors, j’arrive à un endroit et j’essaie de trouver l’image, j’essaie de construire l’image. Et je trouve – comme on dit en anglais – un chemin dans la forêt, un chemin dans la porte. Alors, par où commencez?
C’est toujours le gros problème quand vous arrivez à un endroit, que faites-vous? Qu’y a-t-il en premier, quel est le premier pas, comment construisez-vous l’image? Qu’y a-t-il là?

Vous voyez maintenant que je ne suis pas une personne qui ne s’intéresse qu’au contenu. Je suis vraiment quelqu’un qui est orienté formellement. Je crois qu’une photographie doit être totalement organique comme un être vivant. Donc, si je vois quelque chose d’intéressant là-bas … Snap! Snap! Snap! Je claque des doigts! Comme un enfant qui souffle les bougies pour son anniversaire. Je dois regarder ce qui se trouve en haut de l’image du côté de l’image au bas de l’image. Donc, premièrement, je me préoccupe de la forme dans laquelle tout fonctionne ensemble et, deuxièmement, ce qui est très important, je me préoccupe de la signification de l’œuvre. Cela a-t-il une signification complexe?

Donc, si je devais dire quelle est ma philosophie, la philosophie ultime, la philosophie, en photographie, c’est une forme simple, des formes précises – vous pouvez voir que toutes ces formes sont vraiment claires et précises – et complexes. La signification complexe signifie parfois des significations opposées, des significations multiples et, surtout, les significations sont de nature visuelle.

Tant de gens viennent à mes expositions et veulent savoir «quel est le sens du travail?». Je dis qu’il n’y a pas de signification, qu’il y a plusieurs significations et qu’elles sont de nature visuelle et parfois opposées. Donc, vous devez trouver un sens pour vous-même, que ce soit sans mots ou en rêve; vous pouvez rentrer à la maison et écrire à ce sujet ou s’il s’agit de se parler à soi-même. Mais il n’existe pas de façon simple, voire simpliste de comprendre ces images, elles sont un moyen ou si je pouvais utiliser ce mot un modus operandi pour frapper immédiatement, très rapidement l’esprit du spectateur et entrer dans son subconscient.

Et je pense que c’est pour cela que mon travail est intéressant, que très peu de gens s’éloignent de mes images et les oublient. Ils se souviennent de ce qu’ils ont vu. Ça les fait réfléchir.

Roger_Ballen ,  dessin

Roger_Ballen, dessin

PT : Depuis le début, je veux revenir à ce qui est pour moi le vrai sujet, le début de quelque chose de spécial, dans tout votre travail, encore faut-il citer Baudelaire dans le Peintre de la vie moderne a propos du dandysme, dernier éclat d’héroïsme dans les décadences, ce qui est lié à ce qui me semble assez proche de votre attitude créatrice, de « cette inébranlable résolution » de ne pas être ému, on dirait que vous êtes un feu qui s’embrase, mais qui ne veut pas rayonner, donner de chaleur…un contre-feu qui éclaire et qui ouvre sur un certain effroi…

RB – Le fait est que pour faire du bon travail d’artiste, il faut être passionné par ce que vous faites. Vous devez avoir une passion, la poursuite du processus doit se faire avec une passion ardente, afin de continuer à trouver de nouvelles façons de découvrir, de révéler le défi. Vous devez être obsédé. Vous devez être obsédé par ce travail, année après année. Comme moi, je suis obsédé depuis l’âge de 17 ans et je suis obsédé par cela depuis 52 ans. C’est ce qui est nécessaire pour arriver à ce point.
La photographie est différente de la plupart des formes d’art. Tout le monde peut faire de la photographie. Voici mon téléphone, je peux prendre des photos. Tout le monde ne peut pas faire une sculpture en bronze, en marbre, tout le monde ne peut pas faire de peinture à l’huile, tout le monde ne peut pas faire un bon film mais tout le monde peut prendre des photos. D’une certaine manière, il est très facile de mettre en œuvre les médias. Mais comme c’est si facile, il est très difficile, maintenant plus que jamais de réellement déplacer les gens, car il y a des milliards et des milliards d’images partout. Vos photos doivent donc pouvoir se séparer de ce qui existe et avoir un impact immédiat sur les personnes.

©  Roger Ballen

© Roger Ballen

PT – Y-a-t-il un lien direct entre vous et l’autre?

RB De moi au mental intérieur, primaire. Il est donc inutile dans la plupart des cas d’avoir une image liée à quelque chose que je connais déjà. La plupart des photographies que vous voyez aujourd’hui sont liées à des questions dont je suis conscient, qu’il s’agisse du genre ou de la pollution, que ce soit de la politique… La plupart des images que je vois, je les ai vues mille fois, de sorte qu’il n’y a aucun impact sur moi, actualités, politique, les catastrophes, tout cela est vu et revu. C’est comme regarder un match de football. Je connais les règles. Parfois, quelque chose de différent se produit, mais je connais les règles, je les ai déjà vues. Vous savez que c’est le problème de notre situation actuelle dans le domaine de la photographie. Qu’il y ait tellement de matériel qui vous parvient chaque jour de Facebook, d’Instagram, de partout et de nulle part, des livres, des vidéos, de plus en plus. Il est très difficile pour les images d’avoir un impact réel sur les gens, car vous avez déjà vu tant de fois ce qui est montré. Et il n’y a aucun moyen, aucune formule pour se mettre dans la tête des gens. Il n’y a pas de formule. Vous devez le faire avec beaucoup de travail et parfois cela fonctionne et parfois cela ne fonctionne pas. Pourquoi est-ce que cette image a peut-être plus d’impact que cette image? Je ne peux pas juger. Certaines images ressemblent à de l’électricité: elles vous sautent dessus, cela signifie que vous n’oubliez pas.

Si vous vous sentez un peu électrique, cela signifie que cela a probablement provoqué quelque chose de profond dans votre esprit. De toute évidence, je ne peux pas quantifier cela. Je ne peux pas le prouver. Il n’y a aucun moyen de parvenir à une détermination scientifique quelconque, mais c’est probablement le cas. Peut-être qu’il pourrait exister une sorte de substance biologique que personne ne peut quantifier de manière réelle.

PT – Je voulais revenir avec une citation de Sollers : «Il ne s’agit pas d’abolir le spectacle mais le tordre en beauté insoupçonnée pour lui faire cracher ses secrets. Ils sont honteux, misérables et terribles, ces secrets, mais ce sont aussi des trésors volés. » «la négativité, en effet, se traite réellement à travers les images et non pas à travers leur annulation. Qu’en pensez-vous? Est-ce une traversée de la conscience pour vous et une approche becketienne du réel? C’est donc la question, en fait. Parce que j’ai vu beaucoup de livres sur le théâtre. Le théâtre de l’absurde, le théâtre du réel et l’irréel, le théâtre des ténèbres. Donc, vous jouez avec ce type de représentation et vous projetez votre travail dans différentes parties de ce que l’art était avant, dans la poésie, dans le théâtre, vous évoquez une multiplicité à vous seul, vous agrégez beaucoup de choses dans le même tableau et dans le même esprit. Donc, c’est une forme polysémique pour moi et si spécifique dans l’interrogation de savoir ce que je peux lire de votre travail et de ce qui vraiment traverse ma propre psyché, ce qui flue à travers votre travail et qui fait cette différence entre ce que la mémoire retient de votre photographie, comment vous marquez le subconscient dans ces espaces de représentations où se joue une part du drame social, individuel et comment s’opère un renvoi du réel par votre photographie dans le champ et social et personnel…En quoi la pluralité de tous les matériaux de vos installations répondent-ils d’une certaine manière à cette référence au Carnaval, ce fantastique baroque comme aussi d’un rapport à la terre, à l’ombre, aux forces chtoniennes qui parcourent votre univers? Que puis-je lire de moi dans votre travail? Quel est le message , s’il existe un message mais en même temps, que se passe-t-il? Allons-nous vraiment au bout?

RB – Ce sont toutes de bonnes questions. Donc, puisque vous vous posez ces questions, le travail a du succès avec vous. Parce que cela vous oblige à poser toutes ces questions inhérentes au travail. Il n’y a pas de réponses dans le travail. Il n’y a pas de réponses. Peut-être qu’il n’y a pas de réponses, ou peut-être pas de réponses ni de questions. Ce que je veux aussi dire, c’est qu’il y a une partie de l’esprit qui n’a pas de mots. Il y a une partie de l’esprit qui ne répond à aucune langue, à l’exception de sa propre langue. Et ainsi, ces images peuvent ou non atteindre cette partie de l’esprit et si elles le font, elles ont un impact immédiat sur vous, mais cette partie de l’esprit n’a pas la capacité de mettre quoi que ce soit dans une constitution verbale ou un langage verbal, mais elle vit toujours avec vous. Donc, vous n’avez pas besoin d’une interprétation verbale…

©  Roger Ballen

© Roger Ballen

PT – Vous pensez pouvoir tout de même évoquer une beauté mystérieuse ou la beauté du mystérieux…

RB – le mot le plus important de l’art que j’aime regarder ou qui m’intéresse… il y a un mot qui me convient le mieux, c’est ce que j’adresse pour modeler mon art et c’est ce que j’aime mon art exprimer et c’est le mot énigmatique, énigme. Si le travail est énigmatique, étrange, intenable, c’est ce qu’il devrait être. Il n’abandonne pas ses secrets si facilement mais il a des secrets.

PT – …vous servent-ils à marcher dans l’ombre….?

RB – Oui, il faut marcher dans l’ombre et il faut avoir le courage de marcher dans l’ombre. Ou cette tendance à marcher dans l’ombre après avoir été dans l’ombre, la détermination de comprendre la pertinence d’être dans l’ombre. L’idée est de ne pas laisser tes peurs te vaincre quand tu es là et à faire de ton mieux pour courir, courir, courir… C’est ainsi.

PT – Donc c’est ce que je vous ai écrit dans le courrier living or leaving, en anglais, parce que je trouve que le français ne rend pas assez la nuance entre vivre ou quitter, partir, fuir, courir…

RB – Oui, mais vous voyez que je ne commence pas par une idée, un mot ou un but, alors je viens de faire mon travail et de faire le travail. Je n’essaie pas de définir un mot avant de commencer le processus. Et même lorsque je suis impliqué dans le processus, je n’essaye pas de définir ce que je fais avec des mots. Comme je l’ai dit, le plus important pour moi est la forme claire et précise et les significations complexes révélées par l’image. Donc, il ne devrait pas y avoir un mot simple pour définir le travail ou alors c’est généralement une mauvaise photo. C’est ce que nous constatons dans la plupart des arts contemporains et de la photographie contemporaine. .C’est pourquoi on ne le fait pas plus souvent. . Mes images semblent claires et simples, mais il faut des années et des années pour y arriver. le monde Tout le monde veut créer un travail qui a un impact. Tout le monde veut créer un art qui a une certaine gravité, mais il n’existe pas de formule pour le faire. C’est difficile à faire.

PT Oui bien sûr

RB – il est facile d’aller prendre une photo d’un endroit où l’écologie semble terrible, où les arbres sont morts…par exemple.

PT – Il semble que votre personnalité soit à la fois le réceptacle de différences et le croisement de nombreuses influences. Pour moi, vous ressemblez à ce que Baudelaire dit du dandysme, «le dandysme est le dernier éclat de l’héroïsme, dernier éclat d’héroïsme dans les décadences». Vous semblez être un héros de la décadence. Serait-ce que ce soleil noir pourrait être une mélancolie contre les apparences, la source de votre photographie où se lèvent les brumes de la reconnaissance du monde et qui leur substitue la réalité d’un monde qui s’efface sous ses apparences et se délite…. la réalité de la disparition, d’un monde manquant, comme l’ombre d’un monde qui s’affirme en disparaissant. C’est peut-être cet accord majeur que vous substituez à la réalité, le vrai mot qui apparait comme mot manquant. Votre photographie est avec tout ce qu’elle dit, ce qu’elle inclus, l’image manquante, comme l’envers d’un monde qui s’estompe, ce qui, pour moi est aussi une translation à propos «  du plaisir fugitif de la circonstance” (Baudelaire) qui s’inscrirait comme un fond possible de ces préoccupations et qui alimente votre création, qui cliverait le champ du hasard et l’événement que représente votre photographie par ces apparitions/disparitions.

RB – C’est vrai. C’est une façon de dépasser l’apparence insupportable au-delà des apparences, comme je l’ai dit plus tôt.

©  Roger Ballen  –  Hug-2016

© Roger BallenHug-2016

PT – J’étais dans la librairie en bas et j’ai vu les éditions qui vous sont consacrées, qui sont excellentes… Je pense à Eros-Thanatos dans le théâtre des apparitions. Avez-vous un lien spécial avec la poésie grecque, l’antiquité, tout ce monde d’avant ? Ces figures cassées, ces silhouettes tremblantes de vos peintures m’ont fait penser aux scènes mythico-religieuses de la poterie grecque, où sont représentés les grands mythes, l’Odyssée…

RB – Je pense que vous avez absolument raison en ce sens que ces choses commencent par là? Je me souviens quand j’avais 6-7 ans – ils ne le font probablement plus maintenant – ils vous enseignaient les mythes grecs. Et il y a tant de sagesse et de poésie et beaucoup à en apprendre sur la nature humaine, d’une manière simple et belle. Je suis à peu près sûr qu’on ne les enseigne plus a l’école, aujourd’hui ce pourrait être mal jugé… Je connais mes propres enfants, je suis sûr qu’ils n’ont jamais rien appris sur les mythes grecs. Je pense que dans un sens, il faut commencer par là, car ceux-ci révèlent de nombreuses facettes du comportement humain d’une manière assez poétique et métaphorique. C’est une histoire sans prix, c’est comme un monde aussi, comme le système stellaire grec, c’est comme un monde entier en soi. Je ne cherche pas à me comparer aux mythes grecs, mais il y a tout un monde dans le zodiaque, Apollon et Mars, la bataille entre la guerre et la beauté. Il y a tout un monde qui représente tous les aspects de l’humanité. Je ne prétends pas que mon esprit soit du même calibre, mais je suppose qu’il s’en réclame pour partie.

PT – Peut–être vous reliez vous également aux grandes manifestations du Moyen Age, dans ces fêtes du Carnaval, avec cette ambivalence entre le baroque et son jeu avec la mort; cette énergie plus païenne qui met en scène les spectres et les angoisses, ces forces mystérieuses de la dissolution, cet anarchisme fauve qui faisait si peur aux puissants parce que se décompressait tout un carnavalesque empreint du jeu avec la mort, le pouvoir et le désir…. Tout cela s’articulait à travers la fin de l’hiver et le début du printemps, le renouveau, le désir, l’ÉROS, avec des énergies de la décomposition, de l’outrance, du sacrifice, et de cette joie païenne au comble de sa force semblait enflammer un travail d’exorcisme du drame de le condition humaine….En quoi la pluralité de tous les matériaux de vos installations répondent-ils d’une certaine manière, comme aussi d’un rapport à la terre, à l’ombre, aux forces chtoniennes qui parcourent votre monde. Ce qui nous ramène à la terre, aux roches primitives. Vous avez été géologue, quelle (co-) incidence peut-on en trouver dans votre production ?

RB – Je ne sais pas si vous saviez que j’ai un doctorat en géologie et que j’ai passé 20 ou 30 ans à travailler avec des roches. La plupart des roches que j’ai manipulées existaient avant qu’il n’y ait de vie sur la planète. Je pense au primitif, les roches sont primitives, la plupart des roches que vous voyez étaient ici bien avant que le monde végétal, animal n’arrivent. Les roches ont montré des structures en elles, couches, failles. Il y a quelque chose de mystérieux à propos de la façon dont la vie est arrivée sur la planète et comment elle s’est développée à partir des roches. D’une certaine manière, quand je faisais ce travail de géologue, pendant des années et des années, regardant les roches, marchant sur des roches, c’était comme regarder dans le miroir de l’esprit intérieur. Parce que l’esprit intérieur venait des rochers et que ceux-ci étaient vieux de plusieurs milliards d’années. Lorsque la vie a commencé sur la planète il y a quelques milliards d’années, les roches intérieures venaient toutes du même endroit. Je pense que l’endroit où commencer est l’esprit “primal” – Si vous pouvez trouver un chemin dans l’esprit primordial et le révéler, vous produirez un art qui restera en vie pendant un certain temps. Je ne sais pas si cela a du sens.

P.T. - Vous avez déclaré dans une autre interview au magazine Diacritik, à Jean-Philippe Cazier, ce qui va suivre et qui résume de fait le lien qu’il existe entre l’approche subconsciente de votre travail et les manifestations de cet esprit primaire. Je crois que c’est une bonne conclusion pour quelqu’un qui photographie des énigmes et qui pense que l’essence de la vie est au delà des mots, même si votre langage plastique est déjà un langage visuel “muet” qui parle dans cette zone indistincte de nous mêmes, une langue faite de signes où s’affichent en “spectacle” ce qu’un regard social cherche à ne pas voir, la monstruosité, le bizarre, l’étrange, ces pays du cauchemar et de l’aberration, où s’inscrivent pourtant une part du refoulé commun, amplement certifié…. Ce qui fait regard, butée, trébuchements d’une altérité complexe qui n’aurait pas le droit d’être. En quelques sortes, tout votre travail sur l’anormalité questionne ces points aveugles et précipitent un réflexe profond contre une forme d’hygiénisme et de culpabilité, propre à construire ce que nous abhorrons pour la plupart, une sorte de fascisme social et d’interdit généralisé sur l’Autre, celui qui ne correspond pas à ce que nous souhaitons être, voir, ce que nous reconnaissons comme normalité.

R.B. - “Je pense que l’important est de produire des défis pour l’inconscient des gens. Si on ne fait pas ça, on ne transforme pas la subjectivité, et on ne se transforme pas soi-même non plus. Pour mes photographies, je ne transpose pas des rêves que j’aurais faits. Mais même si je ne me souviens pas de mes rêves, cela ne signifie pas que mon esprit, lui, ne s’en souvient pas. Je ne m’en souviens peut-être pas mais le rêve est là, son « souvenir » est quelque part dans l’esprit. Quand, par la création, on parvient à toucher cette dimension primaire de l’esprit, alors ce que l’on fait est réellement puissant. Selon moi, la photographie doit affecter cet esprit « primitif ».

Face-Off 2010  ©  Roger Ballen

Face-Off 2010 © Roger Ballen

RB - C’est là que les choses vont de travers en art, nous n’entendons plus le mot poésie, nous n'échafaudons pas de philosophie. J'ai aimé ce que vous avez dit parce que vous vous êtes réellement éloigné de toutes ces questions que j'entends tout le temps sur ce que je devrais faire ou  pas... Je pense donc que certains de vos points étaient très bons et très intéressants et très importants. Et j'étais heureux que vous les ayez évoqués, car très peu de gens le font en entrevue.

PT – Merci Roger Ballen, de nous avoir éclairé sur ces réseaux de forces qui parcourent, alimentent, singularisent tout votre travail. Merci à vous , de votre disponibilité et de cette présence amicale et chaleureuse….

Le monde selon Roger Ballen -> 31/07/2020

Halle Saint Pierre 2, rue Ronsard – 75018 Paris

Pascal Therme, le 11/10/19

-> interview Roger Ballen, Septembre 2019 à la Halle Saint Pierre, Paris.
Interview faite en langue anglaise, traduction d’Anne Drappier.