Fin de normalité pour le rap anglais avec Swindle

Vous aviez rêvé que le hip hop US ne pète pas les plombs avec Kanye West, Kendrick Lamar, Whiz Kalifa ou Lil Uzi Vert et que la fusion en cours donne ses fruits ? Vous ne rêviez pas, mais c’est le producteur britannique Swindle qui marque ce début d’année 2019 avec son No More Normal.

Swindle_No More Normal Pack  Shot.jpg

No More Normaldernier envoi du producteur anglais Swindle a tout pour rendre curieux et fait mentir l’adage comme quoi le hip hop britannique n’a rien de consistant à offrir. En invitant quelques ténors de la scène actuelle comme Ghetts, D Double E, Andrew Ashong et Nubya Garcia, il ouvre la voie à une synthèse inédite de grimes, de jazz, de funk et de hip hop, en brisant toutes barrières connues. Il est évidemment sur Brownswood, le label de Gilles Peterson… 

Et quand on lui demande d’où vient cette ouverture musicale grand large, le très versatile Swindle répond que c’est du sud de Londres d’où il vient qu’il a commencé à apprécier les rencontres et qu’il en a fait son quotidien. Un penchant certain pour le jazz et le funk aura infusé la musique de Swindle depuis le tout début. Son dernier projet en date “No More Normal file encore ce parfait amour de jeunesse, conviant un parterre hétérogène issu de la scène musicale britannique, dont D Double E, Andrew Ashong et Nubya Garcia. 

Swindle orchestre ainsi des rencontres entre des artistes qui ont plein de choses en commun mais ne se retrouvent pas forcément associés pour autant. Ce nouveau projet voit le jour alors qu’il commence à se faire une solide réputation de producteur pour le compte d’autres artistes. Il collabore avec Mahalia et Kojey Radical, réalisant leur single “Water”, qui rencontre un franc succès, mais aussi Joel Culpepper, dont la dernière session Colors Berlin a déjà amassé plus de 5 millions de vues. 

Mais avant, il a très tôt participé aux mixtapes grime de Ghetts ou Big Narstie, et composé des instrumentaux pour Roll Deep ou Professor Green. Il se fera surtout remarquer pour ses instrumentaux grimes pour Butterz, le label faiseur de tendance créé par Eljah et Skilliam. Mais c’est avec son premier album “Long Live The Jazz qu’il prend son envol en tant que producteur. Avec le très ambitieux et international “Peace, Love & Music” en 2016 et le triple EP Trilogy in Funk en 2017, il explore autant de références élogieuses de l’underground, posant ainsi les pierres fondatrices de sa vision musicale, une qui ne cesse de prendre de l’amplitude. 

No More Normal est assurément son travail le plus abouti. C’est évident dès le premier titre, What We Do qui aligne le chant R’n’B de Daley avec les légendes du Grime P Money et D Double E, tout en partant d’un speech du slameur Rider Shafique. Une entrée en matière qui annonce les couleurs à venir de l’album le plus malin de ce début d’année - même si la prod date de quelques mois en arrière, à mettre côte à côte jazz, grime et hip hop; No More Normal célèbre les plus belles rencontres musicales qui soient - un genre de réunion en temps de crise (Hello le Brexit!) qui joue subtilement - et sur un même pied nostalgie et avant-garde… Nickel! .

Jean-Pierre Simard

Swindle : No More Normal (Brownswood)

0e776811073e43bd225bde24d87702fa132a4830.jpeg