Cabinet Da-End 08, dialogue autour des cabinets de curiosités

Dans le prolongement des espaces d’objets précieux et hétéroclites nés au XVIe siècle, la galerie Da-End scénographie des objets dans une pénombre qui fait la part belle à des œuvres propulsées au rang de fétiches.

Nicolas Darrot,  Aïon , 2017 Bronze, 125 × 125 × 50 cm

Nicolas Darrot, Aïon, 2017Bronze, 125 × 125 × 50 cm

Huitième volet d’un cycle d’expositions en hommage aux cabinets de curiosités, Cabinet Da-End 08 nous entraîne sur les traces d’un monde reliquaire. Un dialogue minutieux entre l’ancien et l’art contemporain qui s’attarde cette fois sur la notion de Primitivisme.

Pour se fondre dans la reconstitution de l’expérience du cabinet de curiosités, le lieu prend dès ses débuts en 2010, ses distances avec le white cube et construit une scénographie qui prend le contre-pied de la galerie d’art contemporaine. Nichées dans des recoins et des alcôves labyrinthiques — comme les reliques d’un prophète gisant dans une crypte — la sélection d’œuvres s’offre à son spectateur sous la forme d’une quête.

DaEnd2.jpg

Non moins sacralisées, dans l’obscurité d’une impasse dont les murs sont rouge-sang, les œuvres de Daniel Horowitz trônent aux cotés d’une figure de supplicante en pierre (0 à 500 ap. J.-C.). Si ses détournements de gravures (Totem sans Tabou) convoquent parfaitement l’appropriation qui est au cœur du primitivisme, la peinture Flag of Mnemosyne intègre au sein même de sa narration une figurine sculptée datant de la période pré-colombienne. Daniel Horowitz développe ici une installation stratifiée qui conjugue espaces et temps : une rencontre entre l’occident et un art dit tribal, qui s’inscrit dans la lignée des artistes d’avant-garde du XXe siècle.

La pièce principale dispose d’un grand meuble étagé par des espaces-microcosmes qui accueillent des œuvres. Symbole de cette volonté de rendre hommage à une forme de monstration de l’œuvre et du savoir, ce mobilier propose un échantillon de la création contemporaine qui réfléchit — notamment dans le choix de ses matériaux, ses dimensions, son caractère fétiche ou d’objet de culte — sur le recyclage, la préservation ou la collection de l’art ancien. Autel de Gabriel Leger, Sitting on a rabbit de Magali Lambert ou Retrouve-toi de Marion Catusse sont autant d’installations-sculptures qui jouent avec ce lexique formel du cabinet de curiosités.

Célia Nkala  Éternel retour IV

Célia Nkala Éternel retour IV

Les œuvres minérales de Célia Nkala incarnent cette aura à la fois mystique et scientifique des chambres des merveilles. Éternel retour IV — structure conique et précieuse faite de marbre, cendre, laiton — évoque paradoxalement un temps fossile bel et bien révolu et la complexité du monde matériel dans une forme parfaitement… primitive. Cette dernière édition de Cabinet Da-End soumet un parcours varié d’artéfacts  qui semblent avoir été extraits de la Nature par des hommes d’une autre ère. Et si cela ne vous rend pas curieux de tous les aspects de l'art - en rapport ou non avec la nature -, on ne peut plus rien pour vous … 

Felix Guétary avec Camille Tallent le 4/05/18

Cabinet Da-End 08 -> 5/05/18
Galerie Da-End 17, rue Guénégaud 75006 Paris

Célia Nkala,  Vase vertébral , 2012  Biscuit de Faïence, Porcelaine émaillée, Os Sphénoïde animal — 16 × 30 cmCourtesy de l’artiste et la Galerie Da-End

Célia Nkala, Vase vertébral, 2012 Biscuit de Faïence, Porcelaine émaillée, Os Sphénoïde animal — 16 × 30 cmCourtesy de l’artiste et la Galerie Da-End