Avec Gumba Fire, Soundway envoie la bubblegum music sud africaine des 80's

Le Gumba Fire de Soundway Records remet à l’honneur la scène pop et funky de l’Afrique du Sud des 80's, plus connue sous le nom de bubblegum. Un parcours en 16 étapes distinctives.

 Black Five

 Black Five

La bubblegum music est née en Afrique du Sud au début des années 80, sur les cendres du disco. Particulièrement dépouillés et lo-fi, les morceaux étaient composés à partir de synthés et boites à rythmes qui venaient contraster avec les vocaux soul propres à la musique sud africaine.

Les deux compères à l'origine de la compilation  Miles Cleret de Soundway et  DJ Okapi d'Afrosynth Records l'ont conçu en essayant de montrer toutes les variantes de la Bubblegum music avec 16 titres qui montrent (et font entendre)  le parcours sinueux qui met en parallèle la scène africaine du Mbaqanga avec les appropriations américaines des canons en vigueur du jazz, du funk et de la soul jusqu'à la métamorphose du son Kwaito et de l'arrivée d'une house sud africaine sur les dancefloors au début des années 90. 

Le son s'y avère vraiment aussi étrange ( au casque) qu'intéressant, à toujours hésiter entre les genres et les registres pour produire des titres qui sonnent entre ceci et cela, du connu vers l'inconnu, cet idiome propre de bubblegum. Mais, une fois acceptée l'étrangeté du son et sa spécificité, on ne peut qu'adorer l'adaptation/appropriation effectuée. 

 Gumba Fire : Bubblegum Soul & Synth Boogie In 1980s South Africa redonne donc vie à un mouvement musical jusqu'ici inconnu (ou non diffusé, ce qui revient au même à l'époque du Net). Et, dernière précision:  ‘gumba fire’ est synonyme de ‘fête torride’ et fait allusion à ‘gumba gumba’, terme désignant les DJs des radios qui diffusaient la musique dans les townships et villages. C'est dit ! 

Jean-Pierre Simard le 13/03/18

 Gumba Fire: Bubblegum Soul & Synth Boogie In 1980s South Africa, Soundway Records /Bertus

bubble1.jpeg