L'amour du risque (mais pas du livre)

Enfin des bonnes nouvelles du côté de l'édition! Le rachat de La Martinière/Le Seuil par le groupe Média Participations va permettre de remettre un peu de réel dans un secteur qui croit encore au Père Noël. 

Capture d’écran 2018-12-13 à 17.24.33.png

Signe fort, déjà, en juin avec la nomination de Séverin Cassan à la tête du groupe La Martinière. Un véritable amoureux des livres et un passionné de la littérature, en perpétuel affût de nouveaux talents. La preuve, il était auparavant chez Orange, section marketing. En plus, il a dit clairement qu'il "aimait lire". Respect. Pour aider nos doux rêveurs à mieux comprendre comment on fait de l'édition, quelques mesures ont été prises: 8 jours de RTT au lieu de 10, une cotisation mutuelle qui passe de 18% à 40% (et pas de couverture pour le conjoint, non mais!), remise de 20% et non plus de 40% aux employés désireux d'acheter des livres du groupe (ils n'ont qu'à les lire dans les chiottes, aussi), des nouveaux bureaux mais en open space (parce que les murs ça coûte cher), suppression des postes de directions éditoriales Beaux Livres et Jeunesse… Bon, on va filer quand même aux employés entre 300 et 500€ (prime Macron), ça devrait les consoler. Bref, tout ça va permettre de plus mieux faire aimer les livres avec des pages, à condition bien sûr de ne pas passer ses journées à lire des manuscrits: il faut avant tout établir des "business plans", lesquels sont, comme tout le monde le sait, le sel de la littérature. A ce rythme, dans cinq ans, Cassan et consorts n'auront plus qu'à retourner chez Orange, ou Rouge, ou Vert ou Caca d'Oie – c'est si bon de tourner la page après l'avoir déchirée. On espère qu'ils toucheront de belles indemnités de départ et vivront heureux dans un monde délesté de ces pesants joujoux que sont les livres, ces trucs pas très rentables à court terme. 

Cannibale Claro  le 19/12/18