La maison du rêve des chats

6a0120a575ddcd970c01538e25f36b970b-550wi.jpg
6a0120a575ddcd970c014e88199c0e970d-550wi.jpg
6a0120a575ddcd970c01538e25f645970b-550wi.jpg
6a0120a575ddcd970c015431f9046a970c-550wi.jpg

Cette maison existe. Elle est au Japon. Seize chats y habitent. Cinq chiens. Un homme et une femme. La femme était triste après la mort d'un chat. Inconsolable. L'homme a eu l'idée d'une nouvelle maison. Avec beaucoup de chats. Orientée sur les chats. Une maison de chats. Le couple avait de l'argent. Les moyens de ses rêves. C'est ce qui donne à cette maison son côté enfantin, maison de poupées, comme ces demeures idéales qu'on s'imagine, petits, et qui sont souvent peuplées d'animaux. Il s'est adressé à un des rares architectes (le seul?) qui aient axé leur travail sur l'interaction entre humains et animaux au sein d'un habitat : Keiji Hirose, le créateur du studio Fauna + Design.  Keiji Hirose est un moderniste, sans excès. La faute de goût étant rare au Japon, il a imaginé une maison claire, spacieuse, haute, aérée, façon loft, qu'on pourrait voir dans la magazine "Wallpaper", la bible du genre béton armé d'intelligence. Et il l'a imaginée autour des chats. De leurs besoins. De leurs désirs. Des cachettes. Des trappes. Des tunnels. Des passages secrets. Des postes où se percher. Des escaliers d'acrobates. On est donc très loin de la pensée d'après coup, du poteau où Minou va faire ses griffes plutôt que sur les rideaux, et du pouf à poil de chats qu'on a fini par lui concéder à côté du radiateur, tous ces trucs auxquels le commun des humains doit se résigner pour vivre en appartement avec les animaux à poils.

C'est évidemment là que la tentative est fascinante. A tel point que le couple semble disparaître et s'effacer - on ne le voit nulle part sur ces photos. En fait, il vit séparément. À l'étage avec les cinq chiens. Et regarde les chats à travers des fenêtres stratégiquement percées dans l'appartement. Ces chats propriétaires deviennent donc un peu poissons rouges dans un bocal. Ou pensionnaires d'un zoo, si l'on veut. Tout cela dérape donc dans l'étrange, qui était déjà, avouons-le, inscrit dans le début du projet, un peu excentrique et jusqu'au boutiste tout de même. Après tout, rien de ce qui est humain (ni félin) ne nous est étranger. On va reparler des chats et des humains. Est-ce que cela ne vous fait pas penser à un livre de Murakami?

Christian Perrot

Cat's House

Fauna + Design Architectes