Angura japonais, premier volume : comment tirer des larmes à un arbre… 

Depuis 2007 et la sortie du Japrocksampler de Julian Cope qui mit en lumière les bouillonnantes scènes japonaises des années 60 à aujourd'hui, pas un mois ne passe sans qu'on exhume un son, un album voire un groupe méritant proposant à coup sûr une œuvre(tte) qui défait les habitudes et ravit de ses croisements culturels totalement assurés.

Kenji Endo 

Kenji Endo 

Fin 2017, c'est le label Light in the Attic qui fait le buzz avec Even a Tree Can Shed Tears: Japanese Folk & Rock 1969-1973, premier volume en 19 titres d'une série consacrée au Japon et aux archives de l'underground ( augura) né à Tokyo dans le quartier de Shibuya, suite à l'engouement pour les Beatles au début des 60's et du surgissement de la pop locale baptisée aussitôt New Music.

En parfait décalque de la scène issue du Greenwich Village new-yorkais, musiciens et artistes du cru traînaient et jouaient surtout dans les kissas, cafés et clubs du coin, qui se partageaient, au coude à coude, les trottoirs de Shibuya avec les bars à putes du Red District. Mais on notait aussi, dans le même temps,  l'apparition dans le Kensai, la région comprenant Osaka, Kyoto et Kobe, les débuts de l'acid-folk qui louchaient plus sur le  son 63/66 sur la Côte Ouest. Ici regroupés,  les titres ne donnent ici qu'une vague idée de la créativité et des expérimentations de la scène d'alors (mais les autres volumes à venir viendront compléter le panorama… )

Sachiko Kanenobu.jpg

Peu d'Occidentaux ont une vague proximité avec ces artistes, sauf peut-être avec Haruomi Hosono, le fondateur du Yellow Magic Orchestra, qu'on retrouve ici avec un titre solo et un autre avec Happy End, son groupe d'alors qui faisait dans la dream pop et la country roots. Mais par ailleurs, on trouve de vraies pépites, comme celle signée par la mystérieuse (ici), mais célébrée (sur place)  chanteuses jazz-blues Maki Asakawa (dont le label se fait fort de ressortir tous les albums d'ici peu) avec une poperie de bon aloi de 73 , “Konna Fu Ni Sugite Iku No Nara.” Il en va de même pour le titre d'intro “Curry Rice” de Kenji Endo, une tuerie acid-folk atmosphérique qui juxtapose le plat favori des Japonais au seppuku final (suicide au sabre) de Yukio Mishima. La chanteuse Sachiko Kanenobu fait deux fois coucou avec, d'abord un titre de 71, “Anata Kara Toku E,” puis comme membre de son précédent groupe de 1969, Gu avec une envolée psyché  bien laid back, “Marianne” - un des sommets de la compile. “Zeni No Koyoryoku Ni Tsuite” de Ryo Kagawa, datant de 1971, envoie du  Neil Young avec Crazy Horse, plein pot, pendant que Hachimitsu Pie avec “Hei No Ue De” lui, louche férocement vers les parties vocales de Crosby, Stills and Nash. Mais e meilleur est pour la fin avec une version dévastatrice, vraie relecture du “I Shall Be Released”, relu et  corrigé par Dylan II, sous l'appellation “Otokorashiitte Wakaru Kai”. 

Harumi Hasano

Harumi Hasano

Puisque quasi inconnue, cette scène est une vraie révélation (facile!) et Even a Tree Can Shed Tears, un disque important. Chaque écoute donne envie d'en savoir plus sur le pourquoi du comment et ce qui s'y rattache - un plan marketing en acier trempé, quoi -, mais au fil des albums à venir, on en apprendra plus sur ce que Julian Cope n'avait pas complètement exploré et on en découvrira beaucoup plus sur une jeunesse en révolte qui a su tordre, sous occupation américaine, le courant artistique opposant/dominant pour le renvoyer à la  gueule de l'occupant dans sa propre version bâtarde. Et y trouver une identité. CQFD !  

Jean-Pierre Simard le 7/12/17

VA – Even a Tree Can Shed Tears: Japanese Folk & Rock 1969-1973 ( Light in the Attic/PIAS)

Even a Tree Can Shed Tears_ Japanese Folk & Rock 1969-1973.jpg