Le folklore sexuel belge de Jan Fabre s'invite chez Templon à Beaubourg

Jan Fabre a conçu un ensemble inédit d’œuvres de différents media — dessins, sculptures — dressant un portrait complexe, espiègle et subversif de sa Belgique natale, pour l'ouverture des 250 m2 d’exposition la rue du Grenier Saint Lazare, nouvel espace Templon. 

  Jan Fabre,  Sexy Ange Belge , 2017  Bois, pigment, polymères, métal — 93,4 × 88,4 × 23,4 cmCourtesy Galerie Templon, Paris et Bruxelles © angelos bvba Photo : Lieven Herreman

Jan Fabre, Sexy Ange Belge, 2017 Bois, pigment, polymères, métal — 93,4 × 88,4 × 23,4 cmCourtesy Galerie Templon, Paris et Bruxelles © angelos bvba Photo : Lieven Herreman

Depuis 30 ans, Jan Fabre s’est imposé internationalement en tant qu’artiste visuel, homme de théâtre et auteur parmi les plus innovants de sa génération. La galerie Templon qui le représente depuis 2000 a contribué à la reconnaissance de sa pratique plastique, confie ses clés à cet artiste complet qui a su repousser les limites des champs de la connaissance et de la création en  guerrier de la beauté et chevalier du désespoir.

Folklore sexuel belge et Mer du Nord Sexuelle Belge sont les deux volets de la grande exposition conçue par Jan Fabre comme une déclaration d’amour critique à son pays. L’artiste entraîne le spectateur dans un voyage délirant à travers l’histoire et l’héritage culturel belge, explorant les liens complexes entre rituels, paysages, religion et sexualité. Près d’une cinquantaine de dessins dialoguent avec des sculptures — dont certaines monumentales — réalisées à partir d’objets de culte de l’Eglise catholique trouvés dans les brocantes, et des installations carnavalesques.

  Sexy Orgue de Barbarie Belge , 2017  Courtesy de la Galerie Daniel Templon et de l'artiste

Sexy Orgue de Barbarie Belge, 2017  Courtesy de la Galerie Daniel Templon et de l'artiste

Du plus austère au plus criard, du plus subtil au plus excentrique, les œuvres explorent toute la palette du symbolisme et des couleurs de l’art sacré jusqu’aux arts du spectacle dont Jan Fabre est l’un des fer de lance de l’avant-garde contemporaine. Sa dernière création théâtrale, Belgian Rules/Belgium Rules, dissèque d’ailleurs l’identité belge pour examiner comment elle peut ‘se connecter plutôt que diviser’, loin de toute tentation de fierté et de nationalisme.

web_detail_LLUSTREJF_J.jpg

Plasticien, homme de théâtre et auteur internationalement reconnu, Jan Fabre (né en 1958 à Anvers où il vit et travaille) développe depuis plus de trente ans une œuvre plastique autour de matériaux divers : sang, élytres de scarabées, os, animaux empaillés, marbre, Bic bleu. Grand dessinateur, il crée des sculptures et des installations qui explorent ses thèmes de prédilection : la métamorphose, le dialogue entre art et sciences, le rapport de l’homme à la nature, l’artiste comme guerrier de la beauté. 
Parmi ses expositions personnelles les plus marquantes des dernières années on peut citer sa rétrospective au Musée du Louvre (L’ange de la métamorphose), le Kunsthistorisches Museum de Vienne et le Musée d’art moderne de St Etienne (Les années de l’heure bleue, 1986 — 1991, 2011) et l’Ermitage à St Petersbourg (Knight of Despair, Warrior of Beauty, 2016). Il présente aux musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles la série My Queens du 20 avril au 19 juillet 2018. La Fondation Maeght à Saint Paul de Vence lui consacrera une grande exposition à partir du 30 juin 2018 : Ma nation : l’imagination.

Maxime Duchamps le 18/05/18
Jan Fabre — Folklore Sexuel Belge (2017-2018) / Mer du Nord Sexuelle Belge (2018)
Galerie Daniel Templon 
28, rue du Grenier Saint-Lazare