Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

La rentrée littéraire 2017 vue par Charybde 7

La rentrée littéraire 2017 vue par Charybde 7

Celles et ceux qui nous suivent et/ou qui connaissent la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris) savent que nous n’attachons pas a priori une importance déterminante à la notion de nouveauté au sens usuel du terme (pour nous comme heureusement pour beaucoup d’autres, une nouveauté en littérature demeure un texte que l’on n’a simplement pas encore lu – et nous aimons ici comme rue de Charenton à lire ou même relire des ouvrages parus il y a cinq, quinze ou cinquante ans) et à son corollaire massif et événementiel, la « rentrée littéraire », que ce soit celle d’août-septembre ou celle de janvier.

Ceci rappelé, et comme nous l’avons indiqué dans nos billets similaires de 2016 (ici et ), 2015 (en trois parties, 12 et 3) ou 2014 (iciet ), nous nous mobilisons malgré tout un peu pour ces moments car, bien davantage que pour nous, lectrices et lecteurs, ils semblent avoir de l’importance pour beaucoup d’auteurs et d’éditeurs que nous apprécions pour la circonstance : la littérature n’est pas un chemin facile, et les tables de beaucoup de lieux de diffusion ont une fâcheuse tendance à se vider et se renouveler rapidement si un certain succès (quelle qu’en soit en réalité la définition pour chacune ou chacun) n’est pas au rendez-vous. Nous regrettons cet état de fait, bien entendu, et faisons ce que nous pouvons, à notre si modeste échelle, pour y résister – mais nous ne pouvons néanmoins que vous encourager, si un ouvrage vous tente, à ne pas attendre qu’il ait été renvoyé dans l’invisibilité relative ou définitive pour vous le procurer… Pour être complets, il nous faut bien ajouter que, libraires à temps plus ou moins partiel depuis six ans, nous nous prenons quelque peu au « jeu », et que, loin des discours souvent chagrins entendus ici ou là sur le fait qu’il n’y aurait « rien d’intéressant », nous ne pouvons que constater à chacune de ces « rentrées » que les livres que nous aimerions lire, pour diverses raisons, dépassent encore et toujours, en nombre, notre capacité de lecture cumulée…

Voici donc vingt premiers titres, lus cet été en avant-première (grâce à notre métier de libraire) ou non, qui ont retenu notre attention, éveillé notre intérêt, déclenché notre passion, provoqué notre jubilation ou émoustillé ce qui nous tient lieu d’intelligence, en espérant que vous aurez aussi envie de nous suivre sur ces chemins, très fréquentés ou un peu plus confidentiels. Nous avons aussi indiqué, naturellement, si et quand des rencontres sont d’ores et déjà prévues avec les auteurs concernés, à la librairie, dans les prochaines semaines.

Capture d'écran 2017-09-11 09.22.26.png

 

 

Damien AubelPossessions (Inculte Dernière Marge) : crise de folie, invasions divines ou Miskatonic University, dans la digne province académique française ?
La note de lecture complète est ici.

Barbara BalzeraniCamarade Lune (Cambourakis) : l’interrogation lucide et poignante d’une Italienne, ex-terroriste « non-repentie » des années de plomb.
La note de lecture complète est ici.

Lutz BassmannBlack Village (Verdier) : toutes les possibilités de la fiction et du post-exotisme pour échapper au noir et au temps qui n’aboutit plus.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde (Antoine Volodine) le 7 septembre.

Miguel BonnefoySucre noir (Rivages) : réinventer la légende d’un pirate légendaire pour raconter les mirages et les hasards de la fortune et la quête de l’amour.
La note de lecture complète est ici.

Pierre DemartyLe petit garçon sur la plage (Verdier) : la dévoration des images ouvrant une béance dans la vie d’un père. Poignant et magnifique.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde le 9 novembre.

Patrick DevilleTaba-Taba (Seuil) : l’exode de 1940 comme point d’ancrage d’une histoire familiale et comme creuset d’une collection de traces de la France dans le monde. Émouvant et méticuleusement grandiose.
La note de lecture complète est ici.

Carola DibbellThe Only Ones (Le Nouvel Attila) : une vertigineuse éducation sur le tas, dans la jungle des pandémies et des opérations génétiques de fortune.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde le 10 octobre.

Capture d'écran 2017-09-11 09.23.15.png

 

 

Cyril DionImago (Actes Sud) : comprendre la colère, en Palestine ou ailleurs, pour pouvoir tenter de lutter contre elle : un poignant humanisme faussement naïf.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde le 20 septembre.

Pierre Ducrozet, L’invention des corps (Actes Sud) : l’esquisse décidée d’une lutte libertaire face au grand rêve libertarien triomphant de certains ultra-riches de la technologie. Décapant et enlevé.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde le 24 octobre.

Omar El AkkadAmerican War (Flammarion) : un étonnant récit de la deuxième guerre de sécession américaine, en 2075, et un tour de force de renversement des points de vue.
La note de lecture complète est ici.

Camille EspediteSe trahir (Le Passage) : un condensé d’univers carcéral et para-carcéral qui souffle le chaud et le froid narquois sur ses maux.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde le 8 septembre.

Heinrich GerlachÉclairs lointains – Percée à Stalingrad (Anne Carrière) : Stalingrad du côté allemand, à hauteur d’hommes désemparés en proie au chaos et au doute. Un document exceptionnel malgré ses biais inévitables.
La note de lecture complète est ici.

Alex JestaireContes du soleil noir : Audit (Au Diable Vauvert) : quatrième conte du soleil noir, une violence fantastique dans les échanges au sein d’un milieu que l’on sait de moins en moins tempéré.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde le 28 septembre.

Capture d'écran 2017-09-11 09.23.59.png

 

 

Erwan LarherLe livre que je ne voulais pas écrire (Quidam) : leçon d’écriture in vivo, rester intelligent tout en étant poignant, à partir d’une expérience personnelle atroce. Du grand art, et pas uniquement.
La note de lecture complète est ici.

Quentin LeclercLa ville fond (L’Ogre) : une métaphore fantastique et haute en couleurs de la dissonance cognitive contemporaine et de son déni radical de la réalité.
La note de lecture complète est ici.

Fabien MaréchalProtection rapprochée (Lunatique) : société à vau-l’eau et police de (grande) proximité. Glaçant et hilarant.
La note de lecture complète est ici.

Olivier MartinelliL’homme de miel (Christophe Lucquin) : du myélome à l’homme de miel, la puissance de l’humour poétique rock’n’roll pour tromper la mort.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde le 24 aoûtdernier.

Alan MooreJérusalem (Inculte Dernière Marge) ; la renaissance du vrai roman total. Monumental et pourtant délicieux.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde (Claro) le 6 octobre.

Antoine MoutonImitation de la vie (Christian Bourgois) : le roman de la désillusion de devenir adulte et des disparitions qui nous hantent, un récit foisonnant, en lisière du fantastique et très souvent comique.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde le 31 août dernier.

Emmanuel RubenSous les serpents du ciel (Rivages) : yamakasi, cerfs-volants et femmes mobilisées pour un espoir de liberté de l’Archipel palestinien. Une somptueuse et subtilement dérangeante fiction.
La note de lecture complète est ici. Rencontre chez Charybde le 30 août dernier.

D’autres billets viendront compléter celui-ci dans les semaines qui viennent, car, comme nous l’évoquions en introduction, beaucoup plus de 20 titres ont largement retenu notre attention parmi les 580 et quelques de cette inondation annuelle, édition 2017.

Charybde 7 le 11/09/17

Les Klimt vivants d'Inge Prader

Les Klimt vivants d'Inge Prader

Tuer le temps, par Kenny Ozier-Lafontaine

Tuer le temps, par Kenny Ozier-Lafontaine

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out