Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Tunisie. “La révolution des jeunes est confisquée par les vieux !”

Tunisie. “La révolution des jeunes est confisquée par les vieux !”

« La révolution des jeunes est confisquée par les vieux ! » peut-on lire sur une feuille portée par un jeune homme silencieux au milieu des centaines de diplômes brandis par les chômeurs de Kasserine. Nous sommes le mercredi 20 janvier 2016, cinq jours après la mort de Ridha Yahyaoui, « martyr du chômage ». Près de 1500 personnes scandent d’une même voix « Travail ! Liberté et dignité ! » dans les jardins du gouvernorat. Une ambiance qui a des airs de décembre 2010, quand les jeunes de Kasserine ont rallumé, par leur détermination et courage, la flamme de la rébellion.

Le sit-in des jeunes chômeurs de Kasserine se poursuit au siège du gouvernorat malgré la répression policière. Mercredi matin, des centaines de jeunes continuent à occuper les lieux. Wahida Zidi, 34 ans, originaire de Foussana, est diplômée en psychologie de la faculté du 9 avril. Après 6 ans de travail précaire dans un centre d’appel à Tunis, elle est revenue à sa ville natale dans l’espoir de trouver un travail décent. Sur les escaliers du grand bâtiment déserté par le gouverneur et les fonctionnaires, Wahida martèle :

Nous ne lâcherons pas nos droits ! Les décideurs qui nous dupent avec des promesses non tenues ! C’est fini ! Les responsables qui font la sourde oreille ! c’est fini ! Nous devons rester ici, solidaires et déterminés jusqu’à qu’il nous écoutent !

« Alors que nous essayons de faire entendre notre voix, le gouverneur s’est réfugié derrière les forces armées. Ces policiers en acier qui ont formé un mur d’apartheid » ironise Wajdi Khadraoui, la trentaine, non diplômé au chômage depuis la révolution.

Nous allons faire tomber ce mur, arracher ses portes et confisquer les clés. Notre combat n’est plus contre le gouverneur, responsable de la mort de Ridha Yahyaoui et de notre pauvreté. Notre combat est aussi le pouvoir central qui continue à appauvrir les régions marginalisées, affirme Wajdi.

Il rappelle que la discrimination positive envers les régions défavorisées, inscrite dans la nouvelle constitution, n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement. « Notre sit-in ne concerne pas uniquement les chômeurs mais toute la région. Non, tout le pays ! Nous voulons des réformes économiques réelles, une nouvelle politique de développement et l’ouverture immédiate des dossiers de la corruption » explique le jeune homme entouré de ses compagnons.

La veille, deux jeunes ont tenté de se suicider du haut du siège du gouvernorat. « Nous étions terrifiés mais aussi en colère car les forces de l’ordre n’ont pas bougé pour sauver les deux suicidaires. Peu de temps après, ils nous ont chargé avec des gaz lacrymogènes et des coups de matraque afin de nous disperser » témoigne Yamina Ferchichi, 29 ans, diplômée en 2012 en arts et métiers. Avec cinq autres jeunes, Yamina a bravé le couvre feu et la répression policière durant la nuit du mardi pour continuer le sit-in. « Nous contestons l’absence de l’État durant cinq ans et nous n’allons plus partir avant de voir une réelle volonté politique pour éradiquer la corruption, le népotisme et l’incompétence des responsables régionaux » poursuit Rafik Rezgui, 34 ans, sit-inneur, diplômé en langue française.

 

Nous essayons de nous organiser afin de sécuriser le sit-in et le bâtiment. Les autorités déclarent dans les médias que nous sommes infiltrés par des casseurs. Ce qui est totalement faux. Les manifestations sont pacifiques. Le sit-in est géré par les chômeurs et leurs familles. Le vandalisme, nous en connaissons les auteurs. Ils n’ont pas changé depuis 2011, explique Wajdi.

Au centre-ville, les habitants des cités martyres d’Ennour et Ezouhour continuent à occuper la rue. Les plus jeunes marquent leur territoire par des pneus brûlés et des pierres. L’ambiance est tendue, préparant, visiblement, une énième bataille rangée. Les fourgons de la police foncent à toute vitesse. La foule des insurgés converge vers le principal carrefour de la cité Ennour. « Personne ne saura calmer la colère de la faim ! Fini l’obéissance, nous n’avons pas peur de la police » explique défiant un jeune du quartier Ennour avant d’ajouter « Nous ripostons seulement aux agressions de la police. Ridha Yahyaoui n’est pas mort pour rien. Nous prenons la relève ».

À 300 kilomètres, les mesures « urgentes » et anesthésiantes de Tunis alimentent la colère des oubliés de Kasserine. « Le limogeage du premier délégué n’est pas suffisant. Les réunions entre le gouverneur et les députés de la région à huit-clos ne servent à rien. les injections d’argent et autres subventions improvisées n’auront aucune utilité sans réformes réelles et un vrai plan de développement. Nous voulons des décideurs qui réfléchissent et qui trouvent de vrais solutions » explique Sami Mnasri, qui était déjà sur les barricades en janvier 2011.

Henda Chennaoui هندة الشناوي 

Photos : Rabii Gharsalli, Nawaat
Vidéo : Mohamed Ali Mansali, Nawaat

 

 

Tuer le temps, par Kenny Ozier-Lafontaine

Tuer le temps, par Kenny Ozier-Lafontaine

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out