ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Moondog en 50 couplets

Moondog en 50 couplets

Il nous faut des hommes de joie partout où la folie humaine règne, d’Athènes, Grèce, à Santiago, Chili / Men of mirth are men of worth, wherever men are silly, anywhere from Athens, Greece, to Santiago, Chile.


Iconoclaste musicien des rues, sévissant habillé d'un total look viking sur la sixième avenue à New York, ami de Stravinsky et de Charlie Parker, Moondog fut aussi inventeur d’instruments, compositeur tardif, mais inspiré, de madrigaux,  et précurseur du minimalisme avec des influences avoués sur Steve Reich et Philip Glass. Moondog (1916-1999) – né Louis Thomas Hardin – était aussi poète. Comme le souligne Marie-Hélène Estève en préambule à sa traduction française de ses 50 Couplets, « il s’agit là d’une poésie orale qui, par fragments jaculatoires, proclame une philosophie ».
 

Du bateau tombe un chevalier tout armé dans le bleu .
Il voit un homard et lui dit : "Belle armure, à nous deux !."

Le dernier grain de sable va tomber dans un instant .
Vieux, retourne ton sablier, ou c'est la fin des temps.

L'escalier de la réussite : tu montes et lui descend.
Et tu souris spontanément, lui n'a pas l'air content.

"La bourse est un cancer qui croît sur le corps politique."
"Nous avons pour cette tumeur, un remède atomique
." 

Avec ces distiques montés en couplets au fil de l'eau, Louis Hardin s'avère proche de la tradition anglaise du XIXe siècle, et des limericks d'Edward Lear où le sens tente de s'échapper pour toujours mieux rebondir dans l'absurde des situations et des moments évoqués. Là, chacun joue sa partie :  humain ou animal, végétal ou simple fait, et renverse l'ordre des choses pour lui offrir un certaine fuite, un autre sens. Avant le surréalisme, des moyens de rendre la langue encore plus flexible, de faire sonner autrement. Mais de faire sonner à son propre tempo ; un peu si la gare arrivait enfin à l'heure - mais dans le train…  

Cette traduction française des 50 couplets de Moondog par Marie-Hélène Estève avec la participation de Benoît Gréan, a paru pour la première fois dans la revue La barque, numéro double 6 & 7, à l’hiver 2009-2010.

MOONDOG / 50 COUPLETS
Editions Lenka Lente - édition bilingue - 44 pages



 
Karl Marx n'était pas "réaliste socialiste". La preuve, son roman : "Scorpion et Félix".

Karl Marx n'était pas "réaliste socialiste". La preuve, son roman : "Scorpion et Félix".

Forêt, Femme, Folie, un écho (de l'exil et des migrations), par Candice Nguyen

Forêt, Femme, Folie, un écho (de l'exil et des migrations), par Candice Nguyen

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out