ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Seydou Keïta et le Mali libéré

Seydou Keïta et le Mali libéré

L'Afrique en pleine libération s'est trouvée une nouvelle dignité sous l'objectif de Seydou Keïta, au Mali dès 1948. Rétrospective épatante aux Galeries nationales du Grand Palais

Seydou Keïta lui-même

Seydou Keïta lui-même

Aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands photographes de la deuxième moitié du XXe siècle, Seydou Keïta (1921-2001) a mis en avant la valorisation de ses sujets, la maîtrise du cadrage et de la lumière, la modernité et l’inventivité de ses mises en scène, toutes ces choses qui lui ont valu un immense succès. Il a pris sa retraite en 1977, après avoir été le photographe officiel d’un Mali devenu indépendant. Son œuvre constitue un témoignage exceptionnel sur presque un demi siècle d'histoire du Mali.

 
 

Autodidacte et précurseur des portraitistes africains, Seydou Keïta à photographié le tout Bamako dans le studio qu’il a ouvert en 1948. Le habitants de la capitale s’y sont rué pour se faire tirer le portrait, seul, en famille, toujours endimanchés, parfois même en motocyclette ; chacun prêt poser devant des fonds à motifs installés par l’artiste. Ces portraits sont autant de témoignages de la société malienne de 1948 à 1977, avec leur élégance maîtrisée qui se dégage des poses gracieuses, ces regards capturés qui transmettent des récits de vie tout en retenue. L’art de Seydou Keïta , superbe de simplicité, immortalise des destins colorés ne noir et blanc, piège un présent à jamais cadré, en offrant à ses modèles une éternité de papier glacé et une profondeur à exposer. Le parcours de l’exposition est chronologique. Il se divise en plusieurs sections qui se réfèrent aux fonds à motif décoratif ou simples rideaux utilisés par Seydou Keïta lorsqu’il réalisait des portraits.

Seydou Keïta 31/03 -> 11/07/16
Les Galeries nationales du Grand Palais
3, av du Général Eisenhower 75008 Paris
 

 

Short-Cuts 11, par Nina Rendulic

Short-Cuts 11, par Nina Rendulic

Élections américaines : dis-moi qui tu fréquentes...

Élections américaines : dis-moi qui tu fréquentes...

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out