ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Guantánamo et Gitmo : le Cuba qui reçoit Obama

Guantánamo et Gitmo : le Cuba qui reçoit Obama

Guantánamo ! En écrivant ce nom, je pense à tout ce qui a nourri mon premier sentiment d’appartenance à un lieu géographique : le quartier poussiéreux avec le chemin qui mène à la rivière Jaibo et le terrain herbeux d’Alejo où je jouais dans mon enfance. Avant que je devienne femme, la rue s’est habillée d’asphalte, des pavillons se sont élevés à l'emplacement de vieilles fermes et un CHU, un Institut technologique de santé et une faculté des sciences médicales ont couvert d’espoir les terres où, auparavant, paissaient seulement des vaches.

 

 

C'est par ici qu'on entrait et qu"on entre toujours dans la ville. "Hé, hé, attendez un moment !", peut-on encore lire sur le mur délabré de ce qui était,  à l’époque de la République néocoloniale, la boutique de mon grand-père né aux Canaries qui n’a jamais eu le sens du commerce et, comme beaucoup, a fini par travailler à la base navale, où mon père allait également travailler.

Nous n'avons jamais appelé la base Guantánamo . Ses occupants non plus. Ils disent Gitmo, une contraction du nom qui a permis d’éviter les confusions et masquer la véritable identité des 117 kilomètres carrés occupés à l’entrée de cette magnifique baie où l’on a vécu quelques-uns des moments les plus chauds de la guerre froide, et où de nombreuses personnes de langues et de croyances différentes ont ensuite été humiliées, torturées et dépouillées de tous leurs droits. Celles-ci ne pourront plus jamais entendre le mot Guantánamo  sans trembler de haine.

Jusqu’à une période récente, du Camp Delta avec ses prisonniers encagoulés et dans un vide juridique digne d’un territoire sans foi ni loi, on n’a jamais entendu quelqu’un crier : "À bas Guantánamo  !" Je me souviens des protestations de nombreux compatriotes, lorsque des dizaines de pacifistes US et d’autres nationalités, criant des slogans, défilaient dans nos propres rues, il y a quelques années, en criant ce slogan. Mais il n’y a probablement pas eu d’autres moments où les irrégularités commises dans cette partie du territoire cubain, ont été aussi visibles.

Et la vérité est que ni l’histoire, ni les revendications sur cette terre volée à la nation, n’ont commencé avec les abus de George W. Bush au XXIème siècle. Toutes deux accumulent les raisons et les liasses d'archives, depuis la première constitution républicaine jusqu’à l’éditorial de Granma qui souhaite la bienvenue au président Obama.

Si je le sais tout ça, c’est parce que je suis née avec la Révolution et ai vécu la confrontation, avant les livres ou les médias, dans le petit monde de ma famille, des voisins, des amis, et comme fille d’un travailleur de la base, dans le contexte effervescent des changements révolutionnaires.

Quand j’ai commencé l’école, près de la seule frontière terrestre cubaine, deux jeunes soldats qui gardaient le périmètre et un pêcheur, père d’une fille de mon âge, avaient déjà été assassinés. Et dans la ville de Guantánamo  on parlait encore avec honte de la zone de tolérance qui pendant près de 60 ans abrita la prostitution locale destinée au "franco-américano" *.

Même les gens les moins politisés étaient fiers du mépris que suscitaient les Marines dans le village. Et les anecdotes pleuvaient : comme cet humble chauffeur qui, avec ses seules mains, a empêché un Yankee d’entrer à cheval dans le Parc Martí, comme ceux qui ont lapidé le train "Le Titina" qui amenait les "chicas USO" (les filles de joie), pour danser avec les officiels US à Caimanera, un 7 décembre. De la rébellion qui a agité le village quand d’une vedette de la base, ils ont jeté après l’avoir frappé et tué, Chicle ("Chewing-gum"), un travailleur noir qui ne faisait que réclamer un jour de travail.

Impossible de dire en quelques lignes les doutes et les larmes, les incompréhensions et les malentendus qui m’ont amenée un jour à demander à mon père pourquoi il avait travaillé là-bas. "Parce que quand la nécessité m’a forcé à chercher du travail à l’âge où vous, vous pouvez vous permettre aujourd’hui d’étudier, j’avais deux options : être un flic de Batista ou travailler à la Base".

Après le boom de la construction de la Seconde Guerre mondiale, près de 10 000 hommes sont venus travailler à l’extension de la base. Des gens venus de tout Cuba cherchaient un emploi. Aussitôt arrivés, ils se mettaient à attendre que les Marines les sélectionnent pour avoir la chance de travailler quelques heures, et le lendemain, il fallait à nouveau "lutter".

Au fil des années, mon intérêt a grandi pour en savoir plus sur ce monde où mon père passait toutes ses heures, et dans lequel nous n’avons jamais eu le droit d’entrer. J’ai lu des livres, j’ai trouvé des photos et je l’ai interrogé sans pitié. Je lui dois un texte avec ces récits terribles qui parfois m’ont fait rire et souvent pleurer.

Chaque année, mes collègues des médias nationaux et internationaux viennent recueillir les souvenirs de mon père, l’un des deux seuls Cubains qui traversent encore chaque mois l’unique frontière terrestre cubaine, pour rapporter les pensions des très rares Cubains qui sont arrivés à toucher une retraite.

Beaucoup de femmes et d’hommes sont restés sur la touche, comme mon grand-père qui, ayant pris sa retraite en 1959, a perdu ce droit. Une chance que la Nation ait donné du travail et distribué des pensions aux milliers de ceux restés sans emploi et sans sécurité. Jusqu’au jour de sa mort en 1984, mon grand-père a touché un chèque de pension accordé par l’État cubain pour lequel il n’avait jamais travaillé, vu son âge.

Dans la grande cour de sa maison, à l’entrée de Guantánamo , il m’a appris à écrire et à imaginer le monde qui viendrait avec la Révolution. Il avait deux rêves fixes : construire un hôpital dans la partie disait-il, la plus saine de la ville, et restituer à Cuba le territoire occupé par la base navale pour son énorme potentiel de contribution au développement local. Le premier rêve a été largement réalisé. Le second est devenu le mien mais avec en plus l’espoir fou, à ma retraite, d’aller vivre sur cette terre reconquise pour y écrire les histoires que mon grand-père et mon père n’ont racontées qu’à moi, sur cette partie de Guantánamo par laquelle nous avons tant souffert.* 

On appelait ainsi "l’invasion" des Marines US qui inondaient la ville dans leurs heures de congé.

Arleen Rodríguez Derivet 
Traduit par  Michel Taupin | Édité par Fausto Giudice

Source: http://www.cubadebate.cu/opinion/2016/03/19/guantanamo-y-la-base-la-cuba-que-recibira-hoy-a-obama/#.VvFn6TE41Xq

Ce n'est pas la guerre qu'il faut déclarer, c'est le combat pour la liberté.

Ce n'est pas la guerre qu'il faut déclarer, c'est le combat pour la liberté.

Jan Dibbets : L'Ailleurs de la photo contemporaine au Musée d'art moderne

Jan Dibbets : L'Ailleurs de la photo contemporaine au Musée d'art moderne

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out