ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Anthony Lycett : à quoi bon le dandysme en 2016 ?

Anthony Lycett : à quoi bon le dandysme en 2016 ?

Brummell, Baudelaire, Wilde, Dali, Warhol, Brian Jones :  autant de figures qui dépassent le cadre du dandysme pour briser les limites imposées par la société rigide de leur temps dans l'art. Mais tous les sans-nom y participent autrement. Même aujourd'hui. Galerie de portraits

Anthony Lycett- Ayesha Hussain - Performer

Anthony Lycett- Ayesha Hussain - Performer

Anthony Lycett dresse le portrait des sub-cultures londonienne et parisienne, en s'attachant aux formes d’auto-représentation qui élèvent le style au statut de culte. Sa série Self-Styled, débutée en 2008, comprend plus de 200 diptyques représentant les excentriques, les dandys, les punks, les gothiques, les travestis et l’avant-garde , saisis en deux postures : l'une diurne et l'autre nocturne. C'est comme si Eric Dahan revenait dans la version numérique de Libé, armé d'une caméra pour reprendre ses Nuits Blanches.

Anthony Lycett - Portrait Igor Dewe

Anthony Lycett - Portrait Igor Dewe

Dans la salle à manger tendue de noir, ouverte sur le jardin de sa maison subitement transformé, montrant ses allées poudrées de charbon, son petit bassin maintenant bordé d’une margelle de basalte et rempli d’encre et ses massifs tout disposés de cyprès et de pins, le dîner avait été apporté sur une nappe noire, garnie de corbeilles de violettes et de scabieuses, éclairée par des candélabres où brûlaient des flammes vertes et, par des chandeliers où flambaient des cierges.

Tandis qu’un orchestre dissimulé jouait des marches funèbres, les convives avaient été servis par des négresses nues, avec des mules et des bas en toile d’argent, semée de larmes.
On avait mangé dans des assiettes bordées de noir, des soupes à la tortue, des pains de seigle russe, des olives mûres de Turquie, du caviar, des poutargues de mulets, des boudins fumés de Francfort, des gibiers aux sauces couleur de jus de réglisse et de cirage, des coulis de truffes, des crèmes ambrées au chocolat, des poudings, des brugnons, des raisinés, des mûres et des guignes ; bu, dans des verres sombres, les vins de la Limagne et du Roussillon, des Tenedos, des Val de Peñas et des Porto ; savouré, après le café et le brou de noix, des kwas, des porter et des stout.


(A Rebours de Joris-Karl Huysmans)

Alfortville sous influence caribo-électro-bricolo et Coltrane

Alfortville sous influence caribo-électro-bricolo et Coltrane

Vivarte brade les emplois et l'argent public, par Véronique Valentino

Vivarte brade les emplois et l'argent public, par Véronique Valentino

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out