ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Kiran Ahluwalia & Tinariwen rapprochent blues touareg et ghazal indien

Kiran Ahluwalia & Tinariwen rapprochent blues touareg et ghazal indien

 

Née à Patna, Bihar, où elle a commencé à apprendre à chanter, puis partie vivre avec ses parents au Canada, Kiran Ahluwalia chante des "ghazals", des chansons d’amour passion sans retour (elle les décrit ainsi : " un désir pour une personne, pour un endroit, une idée ou pour Dieu - n'importe quelle sorte de passion pour laquelle vous êtes enclins à faire les sacrifices les plus fous et pourtant sans que vous en soyez récompensés, et sans que l’objet de votre désir soit disponible? "). Passionnée de rencontres, elle avait déjà enregistré, en 2011, un album avec les musiciens touareg maliens de Tinariwen, où leurs deux cultures se rencontrent autour du célébrissime "Musst Musst", que vous connaissez sans doute dans l'interprétation de Nusrat Fateh Ali Khan, le chanteur sufi pakistanais de renommée mondiale. Enregistré l'an dernier, pour son nouvel album, "Hayat" est dans la même veine.  Une oreille indienne discernera tout de suite quelque chose de singulier dans ce morceau, l'apport malien, mais sans plus, tant la fusion de ces deux styles, tous deux circulaires, semble naturelle.  Pour nous les Indiens, c'est un vrai bonheur. Et une leçon pour tous ceux qui pensent que l'isolation est la seule manière de garder vivante une culture.

 
 
Réponse d'un "expert" de l'industrie pétrolière à Greenpeace : "You, son of a bitch !"

Réponse d'un "expert" de l'industrie pétrolière à Greenpeace : "You, son of a bitch !"

Ségrégation dans une piscine de Calais - des organisations saisissent le procureur

Ségrégation dans une piscine de Calais - des organisations saisissent le procureur

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out