ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Première Biennale des photographes du monde arabe contemporain

Première Biennale des photographes du monde arabe contemporain

Comment un bon tiers des français voient les Arabes, on en a une bonne idée avec les résultats du Front National.  Et tout le monde en parle. Semble avoir son idée dessus. Mais comment les Arabes se voient-ils, eux ? Trois mois de témoignages sur l'actualité mouvante du monde arabe, autant politique qu'artistique.

Bruno Barbey, Mausolée de Moulay Ismaïl, Meknes, Maroc, 1985 © Bruno Barbey / Magnum Photos

Bruno Barbey, Mausolée de Moulay Ismaïl, Meknes, Maroc, 1985 © Bruno Barbey / Magnum Photos

Alors qu'à l'époque pittoresque de l'orientalisme triomphant, celui de Delacroix et Matisse, on venait y chercher une palette de couleurs et de nouvelles impressions ( pas forcément au soleil levant... ), le monde arabe d'aujourd'hui suscite fascination et incompréhension, passion et haine, enthousiasmes et réprobations. Ce monde de quatre cent millions d’habitants, aussi peuplé que l’Europe, connaît une mutation qui est un arrachement à un ordre fixe et immuable, dans un monde fluide et parcouru de mouvements accélérés.

C'est la raison et l’objectif de cette Biennale que de porter un éclairage sur les photographes contemporains qui y opèrent. De nombreux pays occupent, à divers titres, le devant de la scène aujourd’hui, et participent à l’écriture de l’Histoire. Mais on connaît fort peu leurs artistes. Certains sont mal identifiés quand d'autres demeurent totalement dans l’ombre. Si la priorité est donnée aux créateurs originaires des pays arabes, leurs œuvres seront confrontées à celles de photographes occidentaux, chez lesquels une part importante des travaux est liée à cette région.

La programmation des expositions ne sera pas guidée par la représentation de l’actualité immédiate du monde arabe. Le projet privilégie l’approche artistique; et, à ce titre, s'accorde un certain recul et le temps donné à la réflexion.

La Biennale se déploie géographiquement entre la Maison Européenne de la Photographie et l’Institut du Monde Arabe, proches l’une de l’autre, mais séparées par la Seine. Elle tracera un parcours au long duquel divers lieux publics et privés (Cité internationale des arts, Mairie du 4ème arrondissement de Paris, les galeries Binôme, Basia Embiricos, Photo 12, Graine de Photographe) ont été invités à présenter des expositions, en relation avec le propos de la manifestation. La Maison Européenne de la Photographie consacre chacun de ses espaces à des expositions monographiques se rattachant au thème de la Biennale, et l’Institut du Monde Arabe, deux grandes galeries qui accueilleront une exposition collective réunissant près de trente photographes. Plusieurs rencontres et projections seront programmées autour des travaux des artistes exposés (à la MEP et à la Cité internationale des arts).

Première Biennale des photographes du monde arabe contemporain, du 11 novembre 2015 au 17 janvier 2016.

® Leila Alaoui

® Leila Alaoui

® Maher Attar

® Maher Attar

Hicham Gardaf, Modern Times # 6, 2014 Courtesy of Hicham Gardaf & Galerie 127, Marrakech

Image extraite de la série Ramadan © Wafaa Samir 2013

Amélie Debray, Spectatrices du stade Al­Bireh de Ramallah, Palestine, 2011 © Amélie Debray, Courtesy Galerie du Jour Agnès b, Paris

Amélie Debray, Spectatrices du stade Al­Bireh de Ramallah, Palestine, 2011 © Amélie Debray, Courtesy Galerie du Jour Agnès b, Paris

Pourquoi le duel entre la Russie et la Turquie nous affecte directement

Pourquoi le duel entre la Russie et la Turquie nous affecte directement

John Barth : c’est ainsi que la littérature est vivement torrentueuse

John Barth : c’est ainsi que la littérature est vivement torrentueuse

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out